fbpx
Culture
Partager sur

M Pokora pousse un coup de gueule pour soutenir les petits artistes !

Trop c'est trop ! Dans les colonnes de Télé 7 Jours, M Pokor a poussé un coup de gueule pour soutenir les petits artistes qui débutent...

Très cash dans ses propos depuis le début de sa carrière, M Pokora n’hésite jamais à prendre la parole pour dire ce qu’il pense vraiment.

Dans une interview accordée à Télé 7 Jours, l’artiste français est revenu sur la crise sanitaire que traverse le monde. Et les conséquences que cela engendre pour les artistes.

Il reproche donc directement à ses amis artistes de ne pas prendre position face aux décisions gouvernementales. Pour lui, ils ne sont pas assez présents pour se battre.

Le chéri de Christina Milian a donc, depuis le début, montré son agacement de voir ses dates de concert annulées. Il n’a donc, à aucun moment, hésité à monter au créneau pour se plaindre.

Selon le chanteur, les mesures prises par le gouvernement pour les chanteurs, sont inconcevables. Il regrette donc également que les artistes ne se soient pas assez battus pour faire valoir leur art.

M Pokora cet été, son fils Isaiah dans les bras
M Pokora cet été, son fils Isaiah dans les bras

M Pokora remonté, il pousse un coup de gueule contre ses amis artistes

Il affirme ainsi : « Je regrette que beaucoup d’artistes n’aient pas ouvert leur gueule, sûrement pas peur que ça abîme leur image ».

Et d’enchaîner : « Ils ont dû se dire qu’on allait leur rétorquer qu’ils gagnaient beaucoup d’argent, etc. Sauf que là, il est question de se battre pour notre secteur, pas uniquement pour nos tournées ». Voilà qui est dit.

M Pokora a donc adressé un message d’espoir pour ses amis artistes, certes, mais aussi pour tous ces métiers de l’ombre, qui font qu’un spectacle est réussi. « Pour les techniciens, les régisseurs, les personnels d’entretien des salles, la sécurité, les hôtesses… tout le monde. Je suis fier de mes équipes, et quand on se retrouvera, on sera les plus heureux ».

Le chanteur a donc affirmé qu’il avait régulièrement ses équipes au téléphone et qu’il ne voulait pas abandonner le combat. « Je les ai tous au téléphone ou par messages. Ce ne sont pas de jolis mots, je suis proche d’eux. Il faut les défendre. On ne peut pas les laisser tomber ». Et il a raison.