fbpx
Culture
Partager sur

Les chansons de Noël ne sont pas aussi joyeuses que vous le pensez !

Les chansons de Noël ne sont pas aussi joyeuses que vous le pensez !
Partager
Partager sur Facebook

Avec des doubles sens, parodiées par des rappeurs, imprégnées d’histoires d’orphelins, les chansons de Noël ne sont pas ce que l'on pense.

Avec des doubles sens, parodiées par des rappeurs, mais aussi imprégnées d’histoires d’orphelins, les chansons de Noël ne sont pas ce que l’on pense. MCE vous dit tous sur elles !

Pas vraiment ce que l’on croit

« All I Want For Christmas Is You », « Petit Papa Noël », « White Christmas« … Les classiques des chansons de Noël nous reviennent en tête chaque année à la même période. Une richesse folle qui a poussé l’auteur Steven Jézo-Vannier à y consacrer son nouveau livre, Jingle Bells, l’improbable histoire des chansons de Noël.

« Ce répertoire est totalement intégré à la tradition, c’est un passage obligé, chaque année, explique également Steven Jézo-Vannier. Aux États-Unis, il y a eu un nouveau souffle très fort dans les années 1940, où il a été récupéré par l’industrie musicale qui l’a désacralisé et en a fait un objet pop. C’est le titre « White Christmas » de Bing Crosby, en 1942, qui change la donne.

La France échappe à ce phénomène. Une idée que l’auteur tempère pour deux raisons : « D’abord, si on revient en arrière, il y a le succès gigantesque de Petit papa Noël de Tino Rossi, sorti en 1946, qui reste le plus grand succès musical français encore aujourd’hui.

Le rap aussi s’y met

Même le rap s’est plié à l’exercice, souvent par parodie et provocation. Kurtis Blow avec « Christmas Rappin’ » dès 1980, Run-DMC avec « Christmas In Hollis » en 1988, Eazy-E avec « Merry Muthfuckin’ X-mas » en 1992, Ludacris avec « Ludacrismas » en 2007, Snoop Dogg avec « ‘Twas The Night Before Christmas », Ghostface Killah avec « Ghostface X-mas » en 2008, Run The Jewels avec « A Christmas F*cking Miracle » en 2013, Lil Jon avec « All I Really Want For Christmas » il y a quelques jours… La liste est longue.

Dans les années 1940, l’industrie pense que les chansons de Noël sont enfantines. On y glisse donc des doubles sens dédiés aux parents. Dans « I Saw Mommy Kissing Santa Claus » (notamment interprété par les Jackson 5), par exemple, il y a ce gamin qui surprend le Père Noël en train de se faire chatouiller la barbe par sa maman. On est dans l’œil de l’enfant, mais les adultes se demandent si c’est le Père Noël, si c’est un amant, si c’est le père qui jour au Père Noël avec sa femme etc.