fbpx
Culture
Partager sur

King Krab:  » La soul est peu représentée en France » (Interview)

King Krab:  » La soul est peu représentée en France » (Interview)

A l'occasion de la sortie de l'album "All In", MCE vous propose de découvrir le groupe King Krab

King Krab est un groupe formé de deux frères originaires de Marseille. Avec leur univers soul, le deux artistes entendent bien s’imposer dans le paysage musical français. Lucas, l’un des deux membres du groupe a répondu à nos questions.

1) Présentez-vous rapidement et parlez-nous de votre parcours ?
Avec mon frère, nous avons débuté la musique il y a une dizaine d’années. Nous avons commencé par jouer des instruments de musique: de la guitare pour mon frère, Adam, et de la basse et du clavier pour ma part. Petit à petit, en 2010, est née l’idée de monter un groupe. Après avoir remporté un enregistrement pro en 2011, nous avons rencontré le gérant du label Uptone Records, sur lequel on a signé. Et depuis, l’aventure est lancée.

2) Comment vous définissez votre univers musical?
Nous faisons principalement de la Soul. En écoutant nos morceaux, chacun peut ressentir l’influence de Justin Timberlake ou D’Angelo. Mais nous avons surtout été influencé par Mickael Jackson. Plus récemment, nous avons découvert le groupe Electric Wire Ustle; un groupe neo-zélandais qui nous a mis une vraie claque!

3) Vous sortez l’album « All In ». Présentez-nous ce projet.
C’est un album résolument pop, avec des morceaux accessibles et efficaces. C’est paradoxal puisque nous avons un univers soul, mais notre album est catalogué pop. Toutefois, il faut noter qu’on mélange nos influences pour montrer qu’on a une palette artistique large. Les thèmes sont assez romantiques, où l’on parle de vécu, de rencontres et de rapports humains. Avec mon frère, nous avons composé et crée tous les morceaux. Au total, nous avons mis cinq ans à préparer cet album, et nous en sommes très fiers.

4) Vous chantez exclusivement en Anglais. Pourquoi ce choix?
C’est assez difficile de faire de la soul en Français. Faire notre musique en Anglais nous permet de transmettre toute l’émotion qu’on souhaite. Dans l’esthétique, ça se rapproche de ce que l’on recherche, donc l’anglais répond plus à nos attentes. En France, il y a très peu de modèles d’artistes soul francophone, et ce n’est pas pour rien. La soul est encore peu représentée. C’est très compliqué de sortir de l’Anglais…

5) Travailler en famille, ce n’est pas trop compliqué?

On se connait très bien donc c’est beaucoup plus simple de travailler en binôme. On se comprend, on connait les attentes de l’autre. Tout est fluide et se fait à l’instinct entre nous, et au final ça nous convient très bien, même si parfois il peut y avoir des divergences. Mais rien de bien méchant…

6) Quels sont vos projets à venir?

Notre objectif désormais est de défendre le projet sur scène. Le live est très important pour nous, c’est l’occasion de faire nos preuves et nous amuser car on y prend vraiment du plaisir. C’est aussi une opportunité de rencontrer notre public qui nous soutient depuis nos débuts.