fbpx
Culture
Partager sur

Kaaris prêt à arrêter le rap: « cela ne me dérange même pas »

Kaaris balance: « Je me considère comme le meilleur »

A l'occasion de la sortie de son album, Kaaris s'est confié sur son parcours et son avenir dans le rap

A l’occasion de la sortie de son album le Bruit de mon Ame, Kaaris a accordé une interview au Figaro TV. Une interview dans laquelle il s’est confié sur sa manière de travailler et ses inspirations. Je puise dans tout ce qui m’entoure. J’écoute beaucoup les gens parler, je regarde la télé. Tout est une question d’observation, je mets des notes de côté, j’écoute l’instru en boucle et je laisse la magie s’opérer, a confié le rappeur de Sevran. Connu pour ses textes trash et cru, Kaaris assume pleinement. Je ne m’autocensure pas, je dis ce que j’ai envie de dire […] On trouvera toujours quelque chose à dire pour un artiste, donc ce n’est pas grave. Que les fans du rappeur se rassure, il restera le même. Quel que soit le succès qu’il connaitra avec son album, Kaaris entend bien continuer sur ce créneau.

Kaaris: Quand j’aurai fait le tour, je passerai à autre chose

Toutefois, s’il s’épanouit désormais dans le rap, Kaaris n’entend pas rester dans ce milieu éternellement. Arrêter le rap est une possibilité qu’il envisage sérieusement, et sans aucun problème. Dans dix ans, j’espère que j’aurais des enfants, que j’aurais acquis de la sagesse et que je serais passé à autre chose que le rap hadcore. Souvent, les actes et la parole ne sont pas en corrélations. On a envie d’être meilleur, mais on est jeune, on est fougueux, mais j’espère que ça va passer. Quand j’aurai fait le tour, je passerai à autre chose, cela ne me dérange même pas, confie l’interprète de Or Noir.

Un concert à Abidjan

Pour l’heure, le rappeur profite de ce qui lui arrive. Il donnera un concert à Abidjan le 15 mai prochain. Un événement qu’il attend de pied ferme: Je suis comme un enfant. Tellement d’émotions que je n’arrive pas à dire ce que je ressens. On va se retrouver autour de la musique. Je retourne là-bas pour la première fois avec ce que j’ai fait ici ! (…) J’espère que le Président va venir me chercher à l’aéroport, non je rigole