fbpx
Culture
Partager sur

Justin Bieber: Ses clips tournés dans des motels pour changer son image !

La plupart des clips de Justin Bieber détiennent le même arrière plan: des motels. La raison de ce choix ? Il veut changer son image...

Si vous ne l’aviez pas encore remarqué, vous feriez plus attention à présent. En effet, une grande majorité des clips de Justin Bieber ont pour décor des motels, ou encore des parking. Le jeune homme souhaite en fait changer l’image d’adolescent qu’il renvoie encore… MCE vous en dit plus !

Justin Bieber veut totalement changer son image !

Lorsque l’on pense à Justin Bieber, il nous vient toujours en tête le petit garçon à la mèche blonde. Sa gueule d’ange. Sa voix d’enfant. Oui, le jeune homme a commencé à se faire connaitre mondialement dès ses 14 ans. Mais le problème se trouve justement là. Le chanteur a grandit et ne veut plus qu’on l’assimile à cet adolescent mignon. Il souhaiterait que les gens le reconnaissent comme un homme, « un vrai ».

Ainsi, très vite, Justin Bieber a commencé à changer de style. En grandissant, son look a donc évolué. Et de la tête aux pieds ! Coupe de cheveux, vêtements, tatouages qui se multiplient… Le jeune homme a également fait énormément de musculation.

Les clips de Justin Bieber ont pour but de faire évoluer son image !

Oui, le beau gosse veut ainsi briser cette image de petit enfant sage… Et cela se voit même aux travers de sa musique. En effet, Justin Bieber opte aujourd’hui pour un style un peu plus… sombre. Mais qui dit musique, dit clips qui vont avec. La majorité de ses courts-métrages ont pour décor des motels, des parkings sous-terrains. Cela renvoie une image plus urbaine au public.

Le clip de « Let Me Love You », avec DJ Snake, avait d’ailleurs fait sensation. Son contenu ? Des scènes assez « osées » dans une chambre de motel. Un vol à main armée. Tous les ingrédients possibles pour renforcer cette image d’homme viril ! En tout cas, on ne sait pas vous, mais nous, on gardera toujours le petit Justin Bieber avec sa belle mèche dans un coin de notre tête…