fbpx
Culture
Partager sur

IAM dévoile les paroles de son nouveau morceau « Monnaie de singe » !

IAM est de retour avec les paroles d'un nouveau morceau, "Monnaie de singe". On vous dit tout sur le nouveau titre d'IAM !

Akhenaton, Shurik’n, Kheops, Imhotep et aussi Kephren reviennent donc sur le devant de la scène avec l’album « Révolution ». Les paroles de leur futur morceau donnent alors le ton !

IAM est de retour !

Alors que le grand retour de IAM a fait le buzz ces dernières semaines, le groupe n’hésite pas à teaser la sortie de leur futur projet. En effet, le groupe a déjà dévoilé le morceau « IAM 2017 » il y a quelques jours, d’ors et déjà disponible à l’écoute en digital.

>> Tout savoir sur le retour d’IAM !

Aujourd’hui IAM revient donc avec les paroles d’un futur morceau alors intitulé « Monnaie de singe ». Le titre figurera donc sur le nouveau projet du groupe, « Révolution », disponible le 3 mars prochain. En partenariat avec le HuffPost, le groupe dévoilera alors les paroles d’un nouveau morceau chaque semaine. On est déjà pressés de voir ça !

Les paroles de « Monnaie de singe » annonce un morceau conscient qui met face à face la jeunesse de France et les plus aisés, voire les dirigeants. Du IAM tout craché. Et on adore !

(Akhenaton & Shurik’n)

On ne les voit pas, là où on l’on passe de branche en branche.
Ils veulent que nos vies se déplacent en rang.
Surtout pas que leurs et nos mômes dansent ensemble.
Ou pire, s’amourachent et se fréquentent sans soupir.
Ils prennent nos grosses basses pour des tambours de guerre.
Alors ils nous la font perchés sur le MIC, on observe et ça les énerve.
Tout ce qu’ils attendent c’est qu’on nous muselle.
Et qu’on rentre dans le rang, si possible à grands coups de pelle.

Tu sais je vis de petits riens, leurs gueules de petits saints.
Veulent que moi, le petit singe, je devienne un petit chien.
A leur guise, fasse le beau, donne la patte.
Et la ferme sans dire un mot et rapporte leurs balles.
Quoi ? Est-ce nos écrits qui gênent ? Est-ce une question de gènes ?
Une culture indigène qu’ils voient comme une chose indigeste.
Non désolé, il n’y a pas de gun sous ma veste.
Juste un cœur qui bat et qui ne veut pas qu’on le prive d’oxygène.
Au volant des 4×4 avec des grosses basses dans le coffre.
On est ces bêtes à 4 pattes qui font changer les modes.
Si on voulait on pourrait même faire pencher le vote.
De cette jungle on irait jusqu’à fissurer le socle.

Refrain

Ton fils aime nos sons de macaques, Freedom.
Ta fille aime nos sons de macaques, Freedom.
Leurs potes aiment nos sons de macaques, Freedom.
Alors mange toi du gros son de macaques, Freedom.
Ouais c’est moi le macaque, le Hip Hop est ma liane.

(Akhenaton & Shurik’n)

Comme un cerf-volant, on veut prendre les airs.
Ici-bas, trop souvent on nous somme de nous taire.
Ouais, mais ça on ne sait pas le faire, ça les fout en colère.
Alors leurs médias s’en prennent à nos sœurs et nos frères.
A l’époque on était ces ados, dans le métro, sautant les tourniquets.
On a tué dégun, non, on n’a pas tout niqué.
C’est juste, qu’on était jeunes, sauvages et libres.
Nos cris résonnaient dans le quartier vide.

Laisse-moi te dire que nos vies, ce n’est pas de l’eau de coco, poto.
Beaucoup voudraient bien nous attacher au poteau, poto.
Face à leur bêtise, on brandit le stylo, oh oh !
On dirait que ça ne va pas s’arrêter d’aussitôt.
Coco, on change l’ordre établi, désarmés, les mots, la mitraille franche.
Pas de tape à l’œil, rien qu’une paire de Nike blanche.
Qui va casquer l’addition des pots cassés ?
Diamants de Bokassa, eux se sont déjà placés.
Ils disent il y a trop de zulus sur les ondes,
Trop de gars qui droppent des rimes, comme ils droppent leurs bombes aux 4 coins du monde.
A chaque seconde un gosse tombe et leur compte grossit.
Oui tout a un prix, freedom, démocratie.

Refrain

Ton fils aime nos sons de macaques, Freedom.
Ta fille aime nos sons de macaques, Freedom.
Leurs potes aiment nos sons de macaques, Freedom.
Alors mange toi du gros son de macaques, Freedom.
Ouais c’est moi le macaque, le Hip Hop est ma liane.