fbpx
Culture
Partager sur

Ghetto Phénomène: « Avec JUL, quand on se retrouve l’osmose est là » !

Partager
Partager sur Facebook

De passage dans la capitale à l'occasion de la sortie de leur album "La Vida Loca", le Ghetto Phénomène répond à toutes nos questions !

Les membres du Ghetto Phénomène, Houari, Friz, Bil-K et Veazy, nous disent tout sur leur album « La Vida Loca », leurs rapports avec JUL et leurs projets futurs !

« La Vida Loca » sort le 3 mars, pourquoi avoir choisi ce nom ?

Houari : C’est venu comme ça ! En fait on a fait un son, il s’appelait « Vida Loca ». C’est un son qui se démarque un peu plus des autres sons dans cet album et on a décidé de l’appeler comme ça.

Friz : La vida loca ça veut dire « une vie de folie » ! On a voulu représenter tout ça, les côtés joyeux de la vie et les plus tristes.

Quelle couleur avez-vous donné à cet album ?

Bil-K : Franchement une couleur avec laquelle on a l’habitude de nous voir. Des sons qui bougent, qui ambiancent les gens. Des bons sons ambiançants ! C’est la couleur générale de l’album.

Il est réalisé avec Kore, comment s’est faite votre rencontre ?

Veazy : Notre rencontre ça s’est fait à Paris. En fait on était monté pour un projet en fait, il y avait un truc et puis après l’affinité est bien passée. On a continué à travailler ensemble.

Bil-K : Franchement on aime bien ce qu’il ramène au niveau des prods, les idées qu’il peut nous ramener sur certains sons, son délire. On aime bien taffer avec lui en général.

JUL et le Ghetto Phénomène ont le même registre, a-t-il un droit de regard sur vos titres ?

Houari : Non, pas du tout. On a commencé ensemble donc l’univers que tu vois chez lui tu peux peut-être le retrouver chez nous, et l’inverse. Le Ghetto Phénomène à la base on était 5. Après il est parti en solo mais quand on se retrouve nous 5 l’osmose est là. Donc c’est à travers ça que tu vois que lui ou nous on est restés les mêmes, quoi.

Vous avez tourné dans un reportage pour Viceland, comment c’était ?

Bil-K : Ils sont venus à notre rencontre, on a passé deux ou trois jours avec eux, on leur a fait un peu découvrir notre univers, notre quotidien et tout ça tu vois. C’était un reportage sur Marseille et ça s’est bien passé, c’était cool. C’était sur le rap marseillais et ils sont allés à la rencontre de plusieurs groupes, plusieurs rappeurs et ils sont passés par le Ghetto. Ils ont fait un petit passage par chez nous. Ils ont vu que c’était cool de mener une vida loca pendant quelques jours.

C’est important pour vous le contact direct avec vos followers ?

Friz : On a toujours été proches d’eux : on essaye de leur répondre. Ils nous donnent de la force donc c’est le stricte minimum quand même.

Ils ont un petit surnom ?

Houari : Les phénomènes ! C’est nos phénomènes, voilà ! Un gros bisou à la team GP. A tous nos phénomènes, filles, garçons, grands, petits, vieux, pas vieux, on prend tout !

Avez-vous un rituel avant de monter sur scène ?

Houari : On se fait une petite accolade pour les grands événements. Par exemple quand on a fait L’Ovni Tour, à chaque début de concerts on se prenait dans les bras, on se disait qu’on allait tout niquer et on niquait tout !

Quels sont vos futurs projets ?

Bil-K : Mis à part l’album on prépare déjà le second. Donc nos futurs projets c’est on va sortir l’album, on va voir comment il va être accueilli. On prépare le deuxième, après le troisième. Donc nos projets c’est des albums GP qui arrivent en pagaille, on l’espère. Il y a des clips qui arrivent aussi. « Tout Maintenant » le titre du prochain clip, le son il va tourner bientôt partout.