fbpx
Culture
Partager sur

Féfé rêve de collaborer avec Jay-Z, Stevie Wonder et Lenny Kravitz !

C'est à l'occasion de la sortie de son album "Mauve" que le chanteur Féfé a répondu à toutes nos questions lors d'une interview exclusive !

Le rappeur et chanteur Féfé répond à toutes nos questions à l’occasion de la sortie de son nouvel album « Mauve ». Ses collaborations rêvées, ses inspirations ou encore ses projets, il nous dit tout !

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Alors moi c’est Féfé, F² pour les intimes. Ca fait 20 ans que je fais de la musique, je commencé par un groupe de rap qui s’appelait Saïan Supa Crew. Et je suis en carrière solo depuis à peu près 10 ans et j’essaye de créer ma musique, tout simplement.

Ton album « Mauve » sort le 17 février, pourquoi avoir choisi ce nom ?

J’ai choisi ce nom parce qu’il était en accord avec ce que je vivais et l’état d’esprit dans lequel j’étais. C’est-à-dire un état d’esprit où j’acceptais autant les coups de blues que j’avais, le rose de la vie, donc ça faisait une couleur mauve.

Quel message veux-tu faire passer ?

Dans cet album je veux faire passer le message de dépasser les carcans à chaque fois. Mais de toutes façons c’est le message de ma musique en général.

De quoi t’es-tu inspiré pour l’écrire ?

De ma vie, tout simplement. J’étais dans un moment où j’étais vraiment dans un gros blues dans le l’ai écrit, où je me posais des questions : « Ouais il faut peut-être que j’arrête la musique, c’est plus pour moi, c’est difficile ». Et j’ai eu comme une petite voix qui m’a dit tout ce que vous entendez dans la morceau en fait. « Rappelle toi les premiers concerts, quand tu rappais dans le tro-mé, quoi » ! Et vraiment de me dire « Aujourd’hui t’es bien ! », quand j’ai dit ça j’étais au Croisic dans une genre de résidence secondaire et j’étais là en train de me plaindre alors que je me disais « Mais attends, avant t’avais rien, t’avais pas un sou en poche et t’avais grave le sourire et t’avais grave la rage, quoi » !

Que penses-tu de l’arrivée de la trap music ?

A chaque fois le rap ça vient des States et nous on l’absorbe en France. Donc la trap music, il faut savoir qui normalement s’écoute drogué, avec une certaine drogue, et donc dans un certain état d’esprit. Donc j’aime bien mais je me dis juste qu’il y a des gens qui la consomme juste comme ça, moi comme je la suit un peu plus cette musique, je sais qu’il faut la prendre avec un certain degré, avec un certain recul.

Quelles sont tes influences musicales ?

Mes influences musicales sont avant tout le rap, qui elle-même est une musique bâtarde, il faut le savoir. Il y en a qui disent qu’elle vient du jazz, d’autres qu’elle vient du reggae plutôt. Disons que ma musique est comme le rap à la base, elle est bâtarde.

Tu dis que tu veux créer ta propre musique, n’as-tu ma peur que le public ne soit pas réceptif ?

Ca fait 20 ans que je fais ça, 20 ans que je fais fasse à des murs. Aujourd’hui le Saïan est un groupe qui a été digéré mais il faut savoir qu’à l’époque où on était sorti on avait beaucoup de détracteurs qui ne comprenaient pas qu’on puisse chanter du reggae, chanter de la bossa dans un groupe de rap, quoi. A ces détracteurs j’ai envie de dire « Bah continuer justement, ça me donne de la force » ! Parce que le jour où tout le monde dira « Ha oui tu fais bien, c’est ça qu’il faut faire », c’est que je me serais trompé quelque part.

Avec qui rêverais-tu de collaborer ?

Biensûr Jay-Z ! Pourquoi pas ? Quitte à rêver, autant y aller directement. Il y a des gens qui sont décédés avec qui j’aurais aimé collaboré qui n’ont rien à voir. Nougaro par exemple ! J’aurais aimé collaboré, mais je l’ai fait avec M. Ayo, Tété, sont dans mon album « Mauve ». Et avec Stevie Wonder, ça c’est vraiment un rêve ! Si je pouvais rencontrer cet homme, parce qu’il m’a bercé dans ma jeunesse, et collaborer avec lui. Et Lenny Kravitz, il est souvent en France. Des gens comme ça me font beaucoup rêver.

Quels sont tes futurs projets ?

Là je me tâte entre soit repartir direct sur un nouvel album ou un album de collaborations. En tout cas vite repartir parce que je suis vite inspiré, j’ai beaucoup de choses à écrire là encore. Cet album est finit, ça y est je suis content mais je suis déjà dans le prochain dans ma tête !