fbpx
Culture
Partager sur

Booba, Rohff, IAM: les papis du rap font de la résistance !

Aujourd'hui encore, ils sont vus comme les piliers du rap français. Retour sur le succès intemporel de Booba, Rohff et IAM.

Ils ont fait du rap français ce qu’il est aujourd’hui et son bien loin de quitter le game. MCE TV revient sur le succès intemporel de Booba, Rohff et IAM !

Si aujourd’hui c’est un des genres musicaux les plus écoutés, ses débuts ne lui promettaient pas un avenir aussi florissant. D’ailleurs avant la fin des années 80, le rap reste très peu écouté.

Mais l’année 1990 marquera le début de la gloire du rap français. En effet c’était une année très riche. Le plus connu à l’époque est sûrement MC Solaar.

Son style frais et poétique apportera plus de crédibilité et rendra le genre très populaire auprès des médias et du public. De la même génération, on pense aussi à Oxmo Puccino.

Il se démarquera par son écriture riche en métaphores et en phrases chocs. Sa plume unique lui vaudra d’ailleurs le surnom de « Black Jacques Brel ».

Très vite on assistera à la montée de nouveaux artistes aux styles différents. On retrouve d’un côtéd †es rappeurs aux influences africaines, asiatiques et des musiques funky accrocheuses. Puis d’un autre les enfants de la West Coast au style plus gangsta, bling-bling et aux intrus nonchalantes.

30 plus tard où en est le rap en France ? Ils s’appellent, Rohff, Booba ou encore IAM est ont marqué à tout jamais le paysage musical français. Si certains ne se supportent pas et se rabaissent à chaque occasion, ils partagent pourtant le même trône. Retour sur l’histoire de leur succès éternel.

Booba, de Boulbi à Miami

Alors qu’il s’apprête à sortir son 10ème album, l’artiste français a une incroyable carrière à son actif. Eli Yaffa de son vrai est un pilier indéniable du rap français.

Si aujourd’hui la jeune génération danse sur son morceau Ratpi World, à ses débuts, ces derniers n’étaient peut-être pas encore nés. En effet, Booba débute dans la musique en 1994 au sein du groupe Beat 2 Boul, Boul faisant référence à Boulogne. Il rejoindra ensuite le label Time Bomb avec comme complice Oxmo Puccino.

En 96, il forme avec Ali le groupe Lunatic. Mais à l’époque, les maisons de disques font les prudes et refusent de les signer à cause de leurs paroles jugées trop dures.

Aux grand maux, les grands moyens. Booba et son acolyte décident de lancer leur propre label 45 Scientific et sortent leur album Mauvais œil.

Mais les artistes ne sont pas au bout de leur peine. Alors que l’album est très attendu par le public, Laurent Bouneau refuse d’accorder un Planète Rap au groupe. Estimant encore une fois que certains morceaux sont trop violents.

Ironiquement, leur album Mauvais œil aurait-il été touché par le mauvais œil ? Eh bien non !

L’album finira disque d’or et restera encore aujourd’hui une des pépites du rap français. Après ce succès, le Duc de Boulogne se lance dans une carrière solo.

D’albums en mixtape, le rappeur nous fait rêver. Malgré les clashs et les polémiques qui l’entourent, il continue à avancer seul dans la jungle du rap game.

Bientôt la fin

Eh oui, toute les bonnes choses ont une fin. Booba vient d’annoncer que son album Ultra sera bel et bien le dernier de sa carrière.

Entre ses singles solo et ses collaborations, le Duc de Boulogne c’est près de 200 morceaux à son actif. D’ailleurs on a pu assister à l’évolution de son style au fil des années.

Alors oui les thèmes abordés restent souvent les mêmes. Mais la forme évolue sans cesse. Le roi de la punchline s’est construit un véritable terrain de jeu lexical dont lui seul a le secret. Et ça, ça va nous manquer.

B2O c’est aussi 4 labels, Tallac Records, 92i Records, 7Corp et le dernier-né Piraterie Music. Alors si après Ultra, le rappeur prend sa retraite, il ne quitte pas vraiment le monde de la musique. Car que serait le rap sans son pionnier ?

On espère ainsi que ses ratpis seront capables reprendre le flambeau et d’honorer leur mentor. Le 5 mars prochain sera donc une date mémorable.

Le rappeur dévoilera son dernier projet musical. Il aura d’ailleurs droit à son Planète Rap exclusivement réservé à la sortie de son album.

20 ans après, Skyrock qui a refusé de le recevoir pour la sortie de son premier album l’accueillera dans ses locaux pour son dernier ! C’est donc en beauté que Booba quittera le game en laissant derrière lui une belle armée de pirates. Parce que comme il dit: la piraterie n’est jamais finie.

Booba, Rohff, IAM: les papis du rap font de la résistance !

L’éternel rival de Booba

C’est bien évidemment Rohff. Après une collaboration sur le morceau C’est nous la rue en 2001, qui n’a jamais vu le jour mais qui a fuité sur la toile par la suite, les deux artistes se livrent une guerre sans merci.

En 2014, le rap dérape. La rivalité entre les deux rappeurs dépasse les frontières musicales et laisse place à la violence. Cette année-là, un vendeur de la boutique Unküt de Booba à Paris est passé à tabac par 4 personnes.

Rohff se serait d’ailleurs présenté à la police en avouant avoir pris part à l’agression. Il sera par la suite jugé pour ses actes et écopera de 5 ans de prison ferme mais sortira 5 mois après.

Passer par la case prison, bien que désolant, n’est pas étonnant pour les rappeurs. Mais artistiquement, Rohff est lui aussi un véritable pionnier du rap français.

Il serait donc bien malheureux de ne parler que de sa rivalité avec Booba. Même si aujourd’hui encore, elle fait couler beaucoup d’encre. Mais ça c’est une autre histoire.

Housni Mkouboi, de son vrai nom, choisi Rohff comme nom de scène. Rappeur Offensif Honorant le Fond et la Forme ou Rimeur Original Hardcore Flow Fluide, à vous de choisir.

Le ton est donné. Très inspiré par le rap américain, notamment par des artistes comme Tupac, Dr. Dre ou encore Notorious BIG, il écrit des textes engagés contre l’État, la police et le système.

Rendons à César ce qui est à César

Très critiqué aujourd’hui, Rohff a pourtant joué un rôle important dans l’évolution du rap français au fil des années. En 99 il marque le coup avec la sortie de son premier album Le Code de l’Honneur.

Sur un flow digne des plus grands kickers du rap game, il délivre des messages poignants avec une conscience admirable. « Je froisse avec classe » chante l’artiste dans le morceau Appelle-moi Rohff.

Classe ? On n’utilisera pas ce mot pour décrire ses paroles souvent crues et violentes. Génération Sacrifiée est un autre morceau qu’on n’oubliera pas de ce premier opus.

En 2001, son titre Qui est l’exemple dominera les charts pendant plusieurs mois ! Le rappeur se place en moralisateur et joue les grands frères sur un ton sérieux. La sauce prend et les fans sont conquis.

Son single est donc n°1 au classement. Il devient ainsi un des rares morceaux de rap à se retrouver en tête du classement ! Ce n’était jamais arrivé depuis la chanson Le Mia de IAM en 1994 ! On y reviendra plus tard.

Le rival de Booba finit par gagner en maturité et prend de la distance avec cette arrogance devenue sa marque de fabrique. Mais attention il garde tout de même son image de rappeur dangereux.

Après une longue pause il a signé son grand retour avec de nouveaux projets aussi sombres qu’agressifs. Avec T’as Capté et GOAT  il revient plus insolent que jamais !

D’ailleurs il serait en plein préparatif d’un nouvel album ! Rohff n’est donc pas près de rendre son micro. Quel bonheur !

Avant Rohff et Booba, IAM

Assez parlé de Rohff et Booba et des parisiens, il est temps de partir dans le sud. La rivalité Paris Marseille se retrouve évidemment dans le rap aussi.

IAM, contrairement à ce que pourrait penser le jeune rappeur Shotas, n’est pas « la fille de Secret Story ». Shame ! C’est en effet un des groupes de rap les plus emblématiques de tous les temps !

Formé en 88, il se compose de Philippe Fragione aka Akhenaton, Geoffrey Mussard connu sous le pseudo de Shurik’n, Eric Mazel surnommé Kheops, Pascal Perez ou Imhotep et François Mendy, Kephren aux platines ! Malek Brahimini alias Freeman a lui aussi fait partie du groupe jusqu’en 2008.

En 93, les Marseillais nous font danser le mia. Leur tube « Je danse le Mia » connait alors un succès fou ! Il restera d’ailleurs en première place des ventes pendant 8 semaines.

Pour cette chanson, IAM a repris le rythme de la chanson Give Me The Night de George Benson. Un jour, alors que le groupe était à New York et que le chanteur travaillait à côté, IAM a demandé l’autorisation d’utiliser sa chanson.

Ce dernier accepte. La légende dit que beaucoup de champagne a coulé ce jour-là. Aujourd’hui encore, ce tube planétaire nous replonge dans l’ambiance des boites de nuit des années 80.

La légèreté de son texte et son rythme endiablé ont conquis le public. Je danse le Mia sera le plus grand succès du groupe ! Pari réussi pour les Marseillais.

IAM, à jamais les premiers

L’École du micro d’Argent, 3ème album d’IAM sorti en 97 est aperçu par la critique comme un des albums les plus éminents du rap français. Le soir même de sa sortie il est certifié disque d’or.

Le groupe Marseillais surfe sur la vague du succès et rien ne semble l’arrêter. De Marseille à New York, les jeunes artistes peaufinent leur style qui reste tout de même assez complexe.

IAM est donc fortement influencé par la culture du rap new-yorkais old school. Mais sa plume et ses textes poignants feront le succès du groupe. Les Marseillais ont le don d’évoquer des sujets difficiles en les transformant en morceau plein de poésie et qui pousse à la réflexion.

Les artistes défendent ainsi leurs valeurs tout en gardant une certaine esthétique. 30 ans de carrière après, le groupe n’a pas dit son dernier mot.

À l’heure où les plateformes de streaming regorgent de nouveaux artistes qui sortent des albums tous les 4 matins, IAM continue à travailler à son rythme. En 2019, il revient avec un nouvel album Yasuke.

Yasuke est le nom du premier esclave noir à être affranchi et à devenir un samouraï au Japon. On ne peut s’empêcher de penser au premier Samouraï que le rap français a connu en 98, Shurik’n.

En 2020, IAM devait partir en tournée mais celle-ci sera annulée à cause de la crise sanitaire. Mais le groupe n’a pas dit son dernier mot et a encore de beaux jours devant lui. Et comme dirait France Culture, Je rappe donc IAM.