Culture
Partager sur

Booba écrit une lettre à Médine depuis sa cellule de Fleury-Mérogis

Booba écrit une lettre à Médine depuis sa cellule de Fleury-Mérogis
Partager
Partager sur Facebook

Alors que Booba est incarcéré dans la prison de Fleury-Mérogis en attente de son procès, le rappeur prend son stylo pour écrire une lettre à Médine.

En attendant le 6 septembre, Booba et Kaaris dorment donc en prison dans le cadre de leur détention provisoire. Pendant près d’un mois, le premier se retrouve enfermé à Fleury-Mérogis tandis que son acolyte attend le jour J à Fresnes. Le temps semble long pour les rappeurs… B2O a alors décidé de contacter un ami à lui bien connu des amateurs de musique urbaine : Médine. MCE TV vous donne tous les détails !

Booba envoie une lettre à Médine

Depuis sa cellule de Fleury-Mérogis, Booba a donc envoyé une lettre au rappeur Médine. Sur son compte Instagram, ce dernier a partagé un cliché du dos du courrier, où on peut lire que le Duc (Elie Yaffa de son vrai nom) est bien l’expéditeur. Une photo que Médine légende : « 18 août 2018 dans cette putain d’maison d’arrêt ». Il s’agit d’une référence à un morceau du duo Lunatic (Booba et Ali), « La Lettre ». Dans ce titre B2o chante alors : « 18 août 98, dans cette putain maison d’arrêt, ils disent que je sors bientôt, à ce qu’il parait ».

"18 août 2018 dans cette putain d'maison d'arrêt" ✉️

Une publication partagée par Médine (@medine_officiel) le

Booba et Kaaris derrière les barreaux

Le 1er août, Booba, Kaaris et leurs amis se retrouvaient à l’aéroport d’Orly. Ils attendaient de monter dans un avion à destination de Barcelone. Les deux hommes devaient alors y donner un showcase le soir-même. Leur rencontre a donné lieu à une bagarre générale qui a bloqué une partie de l’aéroport. Après deux nuits en garde à vue, les rappeurs et neuf autres personnes ont terminé au tribunal. Le procès pour violences aggravées a été renvoyé au 6 septembre.

En attendant, les différents protagonistes sont donc placés en détention provisoire. Ils risquent jusqu’à sept ans de prison et 100 000 euros d’amende. Si les deux camps se rejettent la faute. Cependant, la lecture du procès-verbal d’exploitation des caméras de surveillance indique que c’est Booba qui a porté le premier coup.