fbpx
Culture
Partager sur

Booba et Kaaris en prison: les dossiers pénitentiaire des rappeurs fuitent sur le net

Booba et Kaaris en prison: les dossiers pénitentiaire des rappeurs fuitent sur le net
Partager
Partager sur Facebook

Alors que Booba et Kaaris sont incarsérés en attendant leur procès, les dossiers pénitentiaire des deux rappeurs fuitent sur le net.

Même si Booba et Kaaris sont derrière les barreaux, les deux rappeurs font toujours la Une de l’actualité. Sur les réseaux sociaux, on peut découvrir des photos et vidéos des rappeurs en prison. Mais, plus inquiétant encore, on peut également avoir accès à leur dossier pénitentiaire. MCE TV vous donne tous les détails !

Les dossiers pénitentiaires de Booba et Kaaris en ligne sur internet

Sur le net, des photos des dossiers des deux rappeurs ont vu le jour. Il s’agit pourtant d’un logiciel réservé au personnel pénitentiaire de la prison où reste enfermé le détenu et accessible depuis les autres prisons françaises. Sur les fiches des détenus ont par exemple indiqués leur solde de cantine (argent provisionné en prison) qui n’ont donc pas vocation à circuler. Le logiciel permet ainsi de faire le suivi de la population pénale. Les différentes informations ne doivent donc pas être rendues publiques, et certaines semblent plus sensibles que d’autres. On y trouve notamment l’emplacement des cellules ou le numéro d’écrou… De quoi inquiéter le personnel pénitencier.

Booba et Kaaris derrière les barreaux

Le 1er août, Booba, Kaaris et leurs amis étaient à l’aéroport d’Orly. Ils attendaient de monter dans un avion à destination de Barcelone. Les deux hommes devaient alors y donner un showcase le soir-même. Leur rencontre a donné lieu à une bagarre générale qui a bloqué une partie de l’aéroport. Après deux nuits en garde à vue, les rappeurs et neuf autres personnes ont fini au tribunal. Le procès pour violences aggravées aura lieu le 6 septembre.

En attendant, les différents protagonistes sont donc placés en détention provisoire. Ils risquent jusqu’à sept ans de prison et 100 000 euros d’amende. Si les deux camps se rejettent la faute. Cependant, la lecture du procès-verbal d’exploitation des caméras de surveillance indique que c’est Booba qui a porté le premier coup.