fbpx
Culture
Partager sur

Booba: ses confessions exclusives dans les Inrockuptibles

Booba clashe tous les rappeurs ... encore !

Booba a accordé un entretien exclusif aux Inrockuptibles. Le rappeur revient sur son parcours et se confie sans détour sur sa carrière

Booba est sans conteste l’un des artistes les plus fascinants de l’industrie musicale. L’engouement est tel autour de lui que chacune de ses déclarations est examinée avec attention. La dernière en date: son interview accordée aux Inrockuptibles. Le magazine a dédié tout un dossier au rappeur, qui fait également la Une. Un entretien long et enrichissant, avec un portrait étonnant du rappeur exilé à Miami, qui s’est confié sur son parcours et différentes périodes de sa vie.

Il y a beaucoup d’hypocrisie sur le racisme en France

C’est justement à Miami que les journalistes ont retrouvé Booba. Une ville où il réside depuis 2008, dans un pays d’adoption, loin de la France dans laquelle il ne se retrouve plus. En France, les communautés ne se comprennent pas. Les divisions sont ancrées trop profondément dans la société […] Il y a beaucoup d’hypocrisie sur la question (du racisme ndlr). Des propos pessimistes et crus, qui caractérisent bien Booba. Son franc-parler, c’est sa marque de fabrique. Tout comme la provocation.

Booba: des débuts hésitants dans le rap

C’est au début des années 90 que Booba se lance dans le rap. Timidement. Peu confiant, il hésite au début, et c’est grâce au rappeur Egosyst, à l’époque leader du groupe Coup d’Etat Phonique. Il insistait pour m’écrire des textes, mais je doutais de ma voix. Un jour, il m’a réellement écrit un truc et je me suis pris au jeu, confie le rappeur. Elie Yaffa laisse sa place à Booba (en hommage à son cousin prénommé Boubacar), et la machine est lancée. C’est également grâce à Egosyst que Booba rencontre Ali. Une rencontre décisive, dans la carrière du rappeur.

Les différences avec Ali existaient dès le début

Lunatic, le groupe emblématique se forme naturellement, et marquera l’histoire du rap français avec un seulement un album à son actif. Un seul et probablement l’un des plus emblématique du rap français. Les deux amis se séparent ensuite, et Booba se lance en solo en 2001. Il y avait un projet pour un nouveau Lunatic, mais je voulais surtout faire un album solo. J’avais trop d’énergie, trop d’idées, trop de sons à faire. A deux, il faut faire des concessions. Les différences avec Ali existaient dès le début, elles se sont accentuées quand il est entré à fond dans la religion. A partir de là, ça ne voulait plus rien dire…. Fini Lunatic, place à Booba. La suite, tout le monde la connait. Booba explose et devient ce qu’il est aujourd’hui: un artiste qui ne laisse pas indifférent. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste.

Source: Les Inrockuptibles
Photo DR