fbpx
Culture
Partager sur

Booba: son avocat s’exprime publiquement et contredit la version de Kaaris

Booba: son avocat s’exprime publiquement et contredit la version de Kaaris
Partager
Partager sur Facebook

Alors que Kaaris et son équipe soutiennent l'idée que c'est Booba qui a porté le premier coup, l'avocat du rappeur contredit cette version des faits.

Invité sur le plateau de BFM TV, Maître Lebras s’exprime sur son client. L’avocat de Booba explique notamment que la version des faits rapportée par Kaaris ne correspond pas à la réalité. A l’occasion de cette interview, il donne également de nouvelles informations concernant la détention de B2O. MCE TV vous donne tous les détails !

Maître Lebras revient sur l’affaire Booba/Kaaris

A travers cet entretien donné sur BFMTV on apprend que Booba bénéficie du statut de « détenu médiatisé ». Particulièrement célèbre, le rappeur bénéficie d’une protection particulière. L’avocat explique aussi que le procès du 6 septembre pourrait être reporté. En effet, il suffit qu’un défaut de procédure ressorte du dossier pour que le procès n’ai pas lieu à la date prévue. Enfin, Maître Lebras contredit la version des faits de Kaaris. Selon lui, K2A a organisé un showcase près de celui de Booba avec l’intention de se confronter à lui. Selon l’avocat, le rappeur aurait provoqué Kopp à de nombreuses reprises. L’interview est à retrouver dans son intégralité ci-dessous.

Booba et Kaaris derrière les barreaux

Le 1er août, Booba, Kaaris et leurs amis étaient à l’aéroport d’Orly. Ils attendaient de monter dans un avion à destination de Barcelone. Les deux hommes devaient alors y donner un showcase le soir-même. Leur rencontre a donné lieu à une bagarre générale qui a bloqué une partie de l’aéroport. Après deux nuits en garde à vue, les rappeurs et neuf autres personnes ont fini au tribunal. Le procès pour violences aggravées aura lieu le 6 septembre.

En attendant, les différents protagonistes sont donc placés en détention provisoire. Ils risquent jusqu’à sept ans de prison et 100 000 euros d’amende. Naturellement, les deux camps se rejettent la faute. Cependant, la lecture du procès-verbal d’exploitation des caméras de surveillance indique que c’est Booba qui a porté le premier coup. Affaire à suivre…