Campus
Partager sur

Beyoncé devient un sujet d’étude universitaire sur le Black Féminism !

1000 Beyoncé feminisme
Partager
Partager sur Facebook

Une université de Copenhague propose un cours de musicologie basé sur Beyoncé. Le tout sur le thème "Black Feminism" via ses clips et concerts.

La star de la chanson Beyoncé devient un sujet d’étude pour cette université de Copenhague. En effet, un professeur de musicologie propose de travailler sur la théorie du féminisme noir au travers des clips et des concerts de Queen B. Son cours s’appelle « Beyoncé : genre et race » et semble devenir très populaire en ce moment ! Et vous, serez-vous prêt à travailler sur elle comme sujet d’étude ? »

 

Beyoncé : le professeur n’en revient pas du succès du cours !

 

Depuis qu’il a posté l’annonce dans le journal de l’université, le professeur de musicologie Erik Steinskog n’en revient pas. Il reçoit des appels de partout, car tout le monde veut assister à son cours. Son but a été atteint. Lequel ? Faire ressortir la musicologie du placard. Celle-ci jouit actuellement d’une très mauvaise réputation. Il voyait en Beyoncé une manière « jeune » de dépoussiérer la chose.

Sauf que son cours était prévu au départ pour 40/45 personnes. Mais ce seront au final plus de 75 étudiants qui s’inviteront dans la salle de classe le premier jour ! Bien sûr, Beyoncé n’est ici qu’un prétexte. Il l’explique lui-même au journal Le Monde :

« Plus que former des experts en Beyoncé, l’objectif est de préparer les étudiants, dont beaucoup vont enseigner ensuite, à analyser le monde dans lequel ils vivent, en comprenant ce qu’est la plus grande pop star du moment. »

 

Beyoncé : symbole des luttes féministes dans le monde ?

 

Quand on pense féminisme, on ne pense pas forcément à Beyoncé en premier. Surtout depuis que Rihanna a sorti sa toute nouvelle collection make-up adaptée à toutes les peaux. Mais pour le professeur de musicologie fan d’Opéra, le dernier album Lemonade de Queen B. est un chef d’oeuvre. Il s’explique :

« La dimension régionaliste, avec le sud des États-Unis, les questions de genre, la sexualité, le racisme, avec le mouvement Black Lives Matter et avec les policiers qui tuent de jeunes Noirs, l’ouragan Katrina et sa dimension géopolitique« 

On espère sincèrement pour lui que les élèves resteront dans les cours jusqu’à la fin de l’année ! Ce qui n’est pas souvent le cas…