fbpx
Culture
Partager sur

Beyoncé: Pourquoi son projet « Black is King » anime la controverse ? [DOSSIER]

Beyoncé: Pourquoi Black is King anime la controverse [DOSSIER]
Partager sur Facebook

Beyoncé a mis la barre très très haut avec son projet "Black Is King". Un film musical qui a de quoi remuer la controverse sur la Toile...

Beyoncé annonce la couleur : « Black Is King », le Noir est Roi. Il s’agit alors de sa nouvelle œuvre musicale. Un projet plutôt controverse qui affole les internautes… MCE TV vous dit tout de A à Z.

Voyage musical imminent : Beyoncé, la queen de la pop s’apprête à dévoiler au grand jour un projet hors des sentiers battus. Un album musical et visuel, inouï en somme.

Pour ce faire, Queen B a donc fait la paire avec Disney+, la plateforme de streaming des studios de Mickey. Et ça n’est pas la première fois qu’elle s’associe au géant.

En effet, Beyoncé avait un peu plus tôt prêté sa voix à Nala, dans le live-action du Roi Lion. Puis, elle avait lancé son anthologie « The Lion King: The Gift ».

Cette fois-ci, la mère de Blue Ivy vient de concocter un nouvel album à la frontière entre musique et vidéo. Une manière de se placer en tant que porte parole de la communauté issue de la diaspora noire.

En France, Canal+ dévoilera le film en exclu pour ses abonnés. Rendez-vous donc demain, samedi 1er août pour découvrir « Black is King » en avant-première.

Si ses intentions semble louable, elle ne rencontre pas que des adeptes. Pourquoi Beyoncé, autrice de ce projet de grande envergure, intitulé « Black is King », est-elle sous le feu des critiques ? MCE TV décrypte.

Beyoncé Pourquoi Black is King anime la controverse [DOSSIER]

Beyoncé Pourquoi Black is King anime la controverse [DOSSIER]

« Black is King »: un trailer qui ne fait pas l’unanimité

Beyoncé a fait très fort en accouchant de ce nouveau bébé. En tout cas, elle montre de hautes ambitions à en juger par son trailer.

Elle et Disney nous teasent donc un projet haut en couleur. Son trailer a en tout cas de quoi mettre l’eau à la bouche des fans de l’interprète de « Lemonade ».

Pour nous tenir en haleine, elle nous passe son puissant titre « POWER », tandis que les images défilent les unes après les autres. On y voit alors de nombreux artistes, comme Kelly Rowland, Naomi Campbell et Lupita Nyong’o.

Une ambiance très « black power » en somme, mais qui ne plaît pas à tout le monde. Ce, malgré la photographie exceptionnelle de cet album porté à la fois sur le visuel, le créatif et le musical.

Ses détracteurs, tout comme ses partisans, lui trouvent de nombreux griefs sur le fond, plus que sur la forme. Ce, avant même d’en avoir vu le contenu.

Certains voient en « Black is King » une sorte d’Afrique trop romancée, trop « wakandesque« , mêlée à une atmosphère précoloniale qui réveille des souvenirs bien amers.

Comme par exemple les élucubrations autour de l’identité de Queen B… Eh oui, plus tôt, Beyoncé était alors accusée de ne pas être noire et de s’approprier une culture qui n’est pas la sienne !

Ce film, qui tend à renverser la vapeur sur le passé colonial de l’Afrique, n’a donc pas bonne presse…

 

 

« Black is King » de Beyoncé: portrait d’une Afrique trop fictive ?

Les fans sont unanimes : malgré la controverse, le message est fort et à la hauteur de ce que Beyoncé a l’habitude de donner. Un projet avant-gardiste et engagé, somme toute.

Il se place en tout cas comme un hommage à la culture noire et à l’identité africaine. Un engagement utopique et qui ne plaît pas vraiment à tout le monde.

Son projet s’inscrit avant tout dans une démarche artistique et de réparation aux Noirs issus de la diaspora africaine. Dans un communiqué de Disney, on en apprend plus sur le plot de cet album évent.

Il s’agit de la quête initiatique d’une sorte de Roi Lion moderne et humain, « confronté à la trahison, l’amour et la recherche d’identité ». Le tout dans une vibe très afro-futuriste, qui fait écho au Wakanda, ce pays imaginaire dans Black Panther.

Sur Twitter, Jade Bentil, une afro-féministe accuse Beyoncé d’utiliser des « tropismes et symboliques répétées » pour faire la promo du « capitalisme noir ».

Elle dénonce aussi, tout comme Judicaelle Irakoze, une autre activiste, une sorte d’homogénéisation de l’Afrique. « Les gens considèrent l’Afrique comme un seul pays », dira la seconde.

« Beyoncé parle d’un continent entier comme d’un seul grand groupe familial, et ça n’a pas de sens », poursuit-elle. C’est oublier toutes les nuances, les ethnies et les 54 pays qui la composent.

 

 

Beyoncé, une idole sans cesse dans la controverse

« Black is King » est un projet monté de A à Z par Beyoncé. Outre les raisons évoquées, il y a toujours une certaine méfiance lorsque l’on parle de la chanteuse.

Bien qu’elle mette en avant le « Black Power », on lui reproche depuis des années de surfer sur cette mouvance pour son propre profit. Cela ne date donc pas d’hier.

Hormis le délire autour de ses supposées origines italiennes, Beyoncé ferait aussi, selon ses détracteurs, l’apologie du « racisme anti-blanc »… Rien que ça !

D’emblée, ceux-ci mettent le doigt sur le fait que les rapports de domination sont inversés dans son long métrage. Les Noirs présents dans le film représentent alors une élite face aux Européens.

L’un d’eux sera même le majordome d’une bourgeoisie africaine, le tout dans un décor très colonial. On voit donc bien qu’on a affaire à une mauvaise foi, et à une justice à deux poids, deux mesures.

Qu’une aristocratie européenne utilise des majordomes noirs dans un film historique ne choque pas. Ceci dit, lorsque le contraire se produit dans un monde de fiction, la Toile se fâche et fait passer cela pour un racisme inversé.

Quoi que Beyoncé fasse, elle rentre toujours dans la controverse. Pourtant, à travers son œuvre artistique, on perçoit bien la volonté première de la sœur de Solange : choquer les esprits, pour mieux conscientiser.

Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, B a le mérite de mettre en avant la culture noire, malgré le côté racoleur et vendeur. Elle offre en tout cas une toute nouvelle mythologie à la diaspora africaine et un nouveau son de cloche.