Culture
Partager sur

Ariana Grande serait-elle en passe de devenir iconique ?

Partage
Partager sur Facebook

Témoin pop de son époque, Ariana Grande s’affirme comme l’une des chanteuses préférées des millennials avec ses titres qu'ils connaissent par coeur !

Si vous êtes né(e) avant 1993, sans doute ne connaissez-vous guère l’actuelle idole des adolescents. Plus précisément Ariana Grande. Pourtant, la jeune femme de 25 ans est facilement reconnaissable.

Dès lors, comment ne pas penser à sa queue de cheval et ses éternelles cuissardes, comme des signatures. Et que dire des oreilles de chat dont elle s’affable parfois. Surtout, sa carrière musicale, pétrie d’évènements plus ou moins heureux, lui confèrent une certaine aura. Et tout une forêt de symboles. Assez pour la rendre iconique ? MCE fait le point.

Ariana Grande, du talent et le sens du timing

D’aucuns le savent, Ariana Grande est de l’écurie Nickelodeon. Et a fait ses armes dans la série « Victorious ». Même si c’est en poussant la chansonnette qu’elle s’impose définitivement auprès du jeune public. En 2015, elle lâche « My Everything », album rempli de pistes ultra-efficaces à l’instar de « One Last Time » ou « Problem ». Parce que oui, comme toute adulescente, Ariana est de celles qui ont -trop ?- souvent le coeur brisé.

L’année qui suit, elle rempile avec « Dangerous Woman ». Un album plus expérimental (sans verser dans du David Bowie hein) où elle flirte par exemple avec le reggae. L’essai est réussi, et celle dont le timbre n’est pas sans rappeler celui de Mariah Carey s’empare du sommet des charts. À cela, rien de bien étonnant. Taylor Swift ne passionne plus autant les foules. Et Rihanna préfère se consacrer au rayon maquillage plus que celui des CD. La place se voulait ainsi relativement libre. Bref, Ariana Grande n’a pas que du talent. Elle maîtrise aussi l’art du timing.

Ariana Grande: Une image lisse

Au-delà des hits, force est de constater qu’Ariana Grande jouit d’une image assez lisse. Contrairement à ses aînées et/ou consoeurs comme, au hasard (non), Britney Spears et Miley Cyrus, miss Grande s’est toujours tenue loin des polémiques. Pas de burn out auréolé d’un crâne rasé. Et encore moins de twerk lascif contre le macho du moment. Si l’idole des jeunes se veut sexy et à l’aise avec sa sexualité, elle reste relativement sage.

De quoi rassurer les parents des plus jeunes fans, voyant là un modèle idéal… ou presque. Car oui, il y a bien un petit bébé scandale à son actif, le «donut gate ». Piqure de rappel. En 2015, la chanteuse, filmée dans une pâtisserie, partageait aussi tout son désamour des Etats-Unis. « I hâte america » pestait-elle avant de lécher des donuts destinés à la vente. Condamnée à être perçue comme la peste locale ? Même pas ! L’incartade sera vite zappée après quelques excuses.

Ariana Grande: elle travaille son image de marque !

Car depuis trois ans, Ariana Grande s’attèle à cultiver une image des plus sympathiques. Régulièrement, elle apparaît aussi comme guest star sur le plateau de l’émission culte Saturday Night Live. Elle y brille aussi par ses nombreuses imitations comme, pêle-mêle, de Britney Spears ou Céline Dion. (Indubitablement sa cible préférée). Des missions marketing bien rodées, qui, mieux encore, lui ont permis de trouver l’amour.

En la personne de Pete Davidson, comédien régulier du programme américain. Après seulement quelques semaines de romance, les deux tourtereaux annoncent leurs fiançailles. Les médias s’emballent aussi et, de facto, le public aussi. C’est que la brunette sait piquer notre curiosité. Comme lorsqu’elle suggère que son compagnon possède des bijoux de famille des plus généreux. De la part d’une autre star, l’allusion paraîtrait déplacée, presque graveleuse. De la bouche d’Ariana, c’est au mieux (ou au pire) juste « mims ». C’est dire à quel point elle est devenue intouchable !

Ariana Grande, symboliquement intouchable

Il faut dire que la carrière de chanteuse n’a rien d’un fleuve tranquille et fut, hélas, pétrie d’un accident des plus marquants. Vous l’aurez compris, on fait ici référence aux attentats de Manchester, commis le 22 mai 2017 lors d’un de ses concerts. Les chiffes parlent d’eux-mêmes. 23 morts et plus de 200 blessés. Plus récemment, on a aussi entendu parler de l’artiste à cause d’un histoire de main… baladeuse. Venue rendre hommage à Aretha Franklin lors de ses obsèques, elle s’est vue toucher d’un peu trop près par un pasteur.

L’homme a eu beau s’excuser, clamer à l’envi qu’il n’a pas agrippé son sein, le mal était fait. Et surtout, les images parlaient d’elles-mêmes. Enfin, Mac Miller, avec qui elle fut aussi en couple, est décédé le 7 septembre 2018. Lui ajoutant une nouvelle –et funeste- carte à jouer. Celle de la veuve noire…

Alors attention. Loin de nous l’idée de parler ici d’une formidable publicité pour miss Grande. Mais il faut aussi bien l’admettre : tous ces faits la rendent aussi hautement symbolique. Comme porte-étendard d’une génération de jeunes femmes, décidément bien malmené par la société. Si bien que nombre de journalistes en sont aussi convaincus : Ariana Grande n’a pas été ciblée par des terroristes par hasard.

Ariana Grande s’affirme à l’aise avec son corps et ses désirs

De fait, elle aurait pu aussi jouer les martyres. Il en sera tout autrement. Plus que jamais, la jeune femme s’affirme à l’aise avec son corps et ses désirs. Et s’inscrit même dans une certaine mouvance féministe. Une simple écoute d’un de ses derniers titres, « God is a woman » suffit à s’en convaincre. Dans le titre, elle promet à son partenaire qu’elle sera si douée au lit qu’il croira avoir affaire à une divinité !

Alors quoi, Dieu serait détenteur d’un vagin ? Sacrilège contre-natureee ! En attendant, on aime aussi beaucoup l’idée de voir Ariana Grande en diabolique apôtre. Iconique, qu’on vous dit.

Sharon Ford