Culture
Partager sur

A$AP Rocky emprisonné en Suède: il annule tous ses concerts du mois !

A$AP Rocky emprisonné en Suède il annule tous ses concerts du mois !
Partager
Partager sur Facebook

A$AP Rocky est obligé d'annuler tous ses concerts en Europe. Le chanteur est pour le moment en prison en Suède suite à une violente baston.

A$AP Rocky continue de chuter. Emprisonné en Suède suite à une violente bagarre de rue survenue il y a une semaine, il doit annuler tous ses concert du mois de juillet. La police suédoise le retient dans une cellule où les conditions sont sinistres. Une pétition tourne sur internet pour demander la libération du rappeur.

A$AP Rocky annule sa prestation au Festival d’Europe et plusieurs autres dates de tournée à venir. Parce qu’être enfermé dans une cellule de prison suédoise rend difficile sa présence sur la scène en Espagne. La direction du rappeur rapporte à TMZ qu’il sera en détention « pendant une période indéterminée. » Ses supérieurs poursuivent en disant qu’il a agi « en état de légitime défense lors d’une altercation. » Annuler ses concerts du mois de juillet était donc nécessaire.

A$AP Rocky : gros coup dur

Il devait se produire au Sonar. C’est un festival de musique à Barcelone, en Espagne le vendredi 19 juillet… Le Sonar nous informe qu’ils sont déjà à la recherche d’un remplaçant. Pas de chance pour A$AP Rocky. La place coûte chère.

A$AP Rocky devait aussi faire la Une mercredi soir au Green Theatre de Moscou. Mais cela ne pourra bien évidemment pas se faire non plus. Les autres événements auxquels il doit participer décident complètement de l’évincer. Puisque sa présence se compromet. Même le Splash s’y met aussi ! Il devait se produit en Allemagne le 12, puis en Ukraine et en Belgique les 13 et 14 juillet, et aussi Milan le 17. Deux autres dates encore étaient prévues le 20 et le 21.

Une pétition, #JusticeForRocky, affirme que le rappeur a agi en légitime défense. Et que la police suédoise le retient dans des « conditions inhumaines » durant l’enquête. Tout ceci constitue donc une violation de ses droits. Un fonctionnaire de l’ambassade des États-Unis déclarait aussi : « Entrer dans cet endroit, c’était comme aller aux toilettes« .