fbpx
Culture
Partager sur

Théodore, Paul & Gabriel dévoile son prochain album « We won’t let you down »

Théodore, Paul & Gabriel dévoile son prochain album « We won’t let you down »

Le groupe Théodore, Paul & Gabriel va sortir un prochain album intitulé « We Won’t Let You Done»

C’est un album solaire et plein d’espoir ; on voulait donner envie de se battre, de se serrer les coudes et de partir à l’aventure , affirment d’une même voix Clémence Gabriel et Pauline Thomson, jumelles de musique, guitaristes et fondatrices de Théodore, Paul et Gabriel. Un nom énigmatique, intraduisible, composite, a toujours entretenu la nécessaire mystique d’un groupe de rock. A première vue, Théodore, Paul et Gabriel ne relèvent pas de cette stratégiemais d’une simple addition des noms de ses membres, comme Crosby, Stills and Nash. Sauf qu’il s’agit d’un trompe-l’œil. Non seulement ce ne sont pas exactement leurs prénoms, mais en contradiction du genre énoncé, ce sont trois filles.

Théodore, Paul et Gabriel ne sont pas non plus les Runaways, ni les Bangles, françaises, même si sur scène, elles en partagent souvent l’énergie communicative, le punch rageur et la sensibilité glam pop acérée. Mais au débraillé sexy provocant des angélènes, elles opposent
une élégance toute parisienne, une androgynie en rappel de leurs pseudonymes, un mystère supplémentaire, une classe cool, trendy, on the edge. Des concerts, elles en ont donné : plus de 150, à la Cigale, au Café de la danse, aux Francofolies, au Paléo Festival de Nyon, à
Poupet, aux Nuits de Fourvière, en Angleterre, en Allemagne, en Belgique, et même en Grèce, en Turquie et en Lettonie.

Bon, deux guitares, basse, batterie, on a compris : c’est la formation rock de base, celle des Beatles. Et comme chez eux, toutes les guitaristes (y compris la bassiste, Louise Decouflé) chantent, ensemble, séparément, comme on veut. Le répertoire Lennon-McCartney (et un peu Harrison), elles le connaissent par cœur, l’ont absorbé en faisant leurs gammes. En cela Théodore, Paul et Gabriel sont un groupe moderne à l’ancienne : ni pop, ni folk-rock, parce qu’elles sont tout cela à la fois, comme les Beatles, groupe de rock anglais initial, l’étaient sans le savoir. C’est pourquoi elles sont allées à Londres retrouver l’atmosphère vintage et la modernité conjuguées du studio State of the Ark. Cet album est un peu une déclaration d’amour à la pop anglaise, c’est pour cela que nous tenions à l’enregistrer à Londres, revendiquent les deux guitaristes.

L’album : We Won’T Let You Down

We Won’t Let You Down : un manifeste, une promesse, un engagement, au cœur même del’esprit du rock, longtemps implicite, un credo en tout cas pour Théodore, Paul et Gabriel, qui rêvent de recréer le sens de la communauté, de la congrégation, qui donnait son sens et sa force au rock des années 60 et 70, quand ça comptait vraiment, cette énergie qui permet de se relever toujours, de tout, cet optimisme vital qui réside au plus profond de l’âme pop. « On dit souvent de notre génération qu’elle est blasée, sans espoir et recroquevillée sur elle-même, mais nous, dans cet album, on voulait dire exactement l’inverse. » Cette réciprocité essentielle était déjà revendiquée thématique.

Communiqué