fbpx
Culture
Partager sur

YouTube : Squeezie, Norman, Cyprien… Les youtubeurs dans le collimateur de l’État

YouTube : Squeezie, Norman, Cyprien… Les youtubeurs dans le collimateur de l’État

Selon nos confrères du Monde, l'État pourrait s'attaquer à la rémunération "opaque" des créateurs de vidéos sur YouTube comme Cyprien, Squeezie, Norman ou encore EnjoyPheonix...

Selon les informations recueillies ce vendredi par nos confrères du Monde, plusieurs YouTubeurs français seraient dans le collimateur de l’État. Ainsi des célébrités comme Cyprien, Squeezie, EnjoyPheonix ou encore Norman pourraient avoir affaire avec la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF). Et pour cause, les rémunérations dites « opaques » liées à la pratique de publicités déguisées dans leurs vidéos.

Quand YouTube devient le nouveau terrain de chasse de l’État

Les Youtubeurs, en véritables stars du web qu’ils sont, pourraient tôt ou tard se faire rattraper par la dure réalité (du gouvernement). En effet même si les publicités sont la plupart du temps déguisées (placement de produit entre autres), cela relève de la fraude. Une pratique devenue monnaie courante selon nos confrères du Monde.fr, et qui a vite attiré l’attention de la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF). Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire confie au Monde :
« Ces réflexions sont en cours à la DGCCRF qui les intègre dans les enquêtes sur ces sujets »

Les Youtubeurs seraient suspectés de réaliser des vidéos promotionnelles, à l’insu des internautes. Pratique condamnable en France.

Jusqu’à 300 000 euros d’amende et deux ans d’emprisonnement

Mais comment la DGCCRF compte t-elle s’attaquer aux YouTubeurs? Et sur quels textes de Loi s’appuie t-elle? L’autorité de la répression des fraudes s’appuie surtout sur l’article L. 121-1 du code de la consommation sur les pratiques commerciales trompeuses.
« En particulier pourraient apparaître trompeurs des tweets ou messages sur des blogs, favorables à une marque ou à un produit qui n’apparaissent pas clairement comme étant financés par la marque elle-même (comme les faux avis de consommateurs). En revanche il y aura moins de doutes sur le caractère publicitaire de messages vantant des produits et adressés par des célébrités… » conclut Martine Pinville, lors d’une interview accordée au Monde.

Il faut savoir que la Loi prévoit jusqu’à 300 000 euros d’amende et deux ans d’emprisonnement. Enfin, l’article L. 121-1 peut être également utilisé contre les YouTubeurs si l’auteur de la publicité (ou la personne ayant commandé la pub) n’est pas « clairement identifiable ».

Mais cela va t-il empêcher nos concitoyens de dormir la nuit? Non, ce n’est en rien gênant dans la vie de tous les jours des internautes. Le problème est que nos représentants s’attaquent systématiquement aux entrepreneurs qui rencontrent le succès honnêtement, mais qu’ils laissent s’en sortir d’autres casseroles comme celles Bernard Tapie, Nicolas Sarkozy, Claude Guéant et d’autres exilés fiscaux à classer dans une liste, qui serait aussi grande que la Tour Eiffel. Il serait temps de lâcher la grappe aux YouTubers, et leur laisser faire ce qui rend le sourire à des millions d’internautes quand vous leur brisez le moral. Et si on s’attaquait aux vrais problèmes?

Source : Le Monde