fbpx
Culture
Partager sur

Wolfenstein The Old Blood: MCE l’a testé pour vous!

Wolfenstein-The-Old-Blood-MCE-l'a-testé-pour-vous

Vous l'attendiez, nous aussi! Voici notre test complet de Wolfenstein The Old Blood! Au programme, nazis, bourrin, grosses pétoires et américain badass!

Le voici, le voilà! Le tant attendu pré-quel standalone Wolfenstein The Old Blood est enfin disponible et pour tout vous dire, il en jette un max! MCE a testé cette merveille, et vous rapporte tout!
Attention cet article contient des spoilers, lisez-le à vos risques et périls!

Avant-Propos

Ce test a été réalisé sur PC, avec la configuration suivante:

  • Intel Core i7 4790k
  • NVIDIA GTX 980
  • 32GB de RAM

Les configurations graphiques sont réglées sur « ULTRA », effets Post-FX activés…

Bethesda oblige, on trouve dans Wolfenstein The Old Blood plusieurs clins d'oeil ça et là.
Bethesda oblige, on trouve dans Wolfenstein The Old Blood plusieurs clins d’oeil ça et là.

Remake de Return To Castle Wolfenstein?

L’histoire, bien qu’elle soit géniale, est un peu confuse. On retrouve plusieurs éléments scénaristiques de Return To Castle Wolfenstein, sorti plusieurs années plus tôt. On retrouve par conséquent le fameux château Wolfenstein, les villages de Paderborn et de Wulfburg, des personnages comme l’Agent Un ou Helga von Schabbs… Des noms plus que familiers, et les fans des premiers jeux reconnaîtront donc les clins d’oeil aux événements passés.

Le tristement célèbre Château Wolfenstein.
Le tristement célèbre Château Wolfenstein.

On ne peut pas parler de remake, Wolfenstein The Old Blood est bien un nouveau jeu. Pour autant, l’idée de repomper plusieurs éléments scénaristiques peut ne pas plaire à certains, tout comme cela peut raviver les souvenirs des vétérans!

"Être, ou ne pas être?"
« Être, ou ne pas être? »

2 nouvelles aventures

Le prélude à The New Order qu’est Wolfenstein The Old Blood propose 2 nouvelles aventures inédites.

Rudi Jäger et la tanière des loups. Dans la première partie de Wolfenstein : The Old Blood, notre personnage B.J. Blazkowicz affronte un gardien de prison fou – Rudi Jäger – alors qu’il tente de pénétrer dans le château de Wolfenstein pour y dérober les coordonnées de la base du général Strasse. L’infiltration échoue, et vous voilà fait prisonnier (encore) dans le sombre cachot du château. Toutefois, dégourdi comme il est, B.J. parvient à improviser un outil/une arme lui permettant de sortir avec toute la grâce et la finesse qu’on lui prête: le tuyau, votre nouvel ami!

C'est lui, le tuyau. Il vous sera très utile pour vous échapper, mais aussi pour vous débarrasser discrètement des sentinelles ennemies.
C’est lui, le tuyau. Il vous sera très utile pour vous échapper, mais aussi pour vous débarrasser discrètement des sentinelles ennemies.

Une fois sorti des cellules, vous regagnez tant bien que mal le donjon du château Wolfenstein à la recherche de votre coéquipier – l’Agent Un – lui aussi fait prisonnier, et torturé par les nazis.

Sur votre chemin, vous referez le plein d'armes "empruntées" aux nazis qui de toute façon... N'en auront plus vraiment besoin.
Sur votre chemin, vous referez le plein d’armes « empruntées » aux nazis qui de toutes façons… n’en auront plus vraiment besoin.
Rudi Jäger, c'est lui qui s'occupe de torturer les malheureux qui s'approchent trop près du château...
Rudi Jäger, c’est lui qui s’occupe de torturer les malheureux qui s’approchent trop près du château…

Les sombres secrets de Helga von Schabbs. Dans la deuxième partie notre héros explorera la ville de Wulfburg toujours à la recherche des coordonnées pour trouver Strasse. Il y découvrira un archéologue nazi obnubilé par ses recherches et qui déterre d’anciens et mystérieux artéfacts aux pouvoirs maléfiques. Wulfburg n’a aucune idée de ce qui l’attend…

L'archéologue Helga von Schabbs à droite, et le lieutenant-colonel Ross à gauche.
L’archéologue Helga von Schabbs à droite, et le lieutenant-colonel Ross à gauche.
Le paranormal est une nouvelle fois au coeur de l'intrigue.
Le paranormal est une nouvelle fois au coeur de l’intrigue.

Toutefois, les recherches nazies vont très vite se transformer en cauchemar… Puisque après avoir dynamité la chambre forte des catacombes sous Wulfburg, de mystérieuses fissures aparaîssent partout en ville et quelque chose semble ramener les morts à la vie…

Des nazis zombis... Typique de Wolfenstein.
Des nazis zombies… Typique de Wolfenstein.

Quelques nouveautés

Wolfenstein The Old Blood propose quelques nouveautés de gameplay très intéressantes, toutefois ces dernières sont malheureusement trop peu exploitées. Par exemple le tuyau récupéré au début du jeu qui peu aussi bien servir d’arme de mêlée que de piques pour escalader les murs perd vite en intérêt car trop peu utilisé. Il y a également ce système de générateurs qui alimentent les Übersoldats (supersoldats) via un rail, très intéressant et intense pendant les phases d’infiltration même si les machines seront très (trop) vite améliorées, devenant de ce fait indépendantes.

Les Übersoldats qui ne sont plus tributaires du diktat du rail sont plus dangeureux, mais leur point faible est facilement atteignable.
Les Übersoldats qui ne sont plus tributaires du diktat du rail sont plus dangeureux, mais leur point faible est facilement atteignable.

Les graphismes

Boosté par le moteur iD Tech 5, le jeu bénéficie de graphismes très poussés bien que certaines textures soient un peu fades (notamment les arrière-plans). La gestion dynamique des ombres est réussie, les effets de lumière font des merveilles, les modèles sont réalistes. Toutefois le jeu manque peut-être d’optimisation. Même avec une configuration plus que correcte, le jeu semble avoir quelques ralentissement (une cinquantaine d’images/secondes) lors de scènes de grands espaces ou quand il y a beaucoup d’effets de particules. Enfin, ce qui peut être gênant, les textures qui se chargent sous vos yeux ébahis quand vous vous retournez rapidement. OK on gagne de la mémoire, mais ce n’est pas très esthétique.

Les graphismes sont d'une rare finesse... Non on rigole! Ce sont des bonus, cachés dans tout le jeu. Clins d'oeil aux premiers Wolfenstein.
Les graphismes sont d’une rare finesse… Non on rigole! Ce sont des bonus, cachés dans tout le jeu. Clins d’oeil aux premiers Wolfenstein.
Y a pas à dire, Wolfenstein The Old Blood est spectaculaire, renversant!
Y a pas à dire, Wolfenstein The Old Blood est spectaculaire, renversant!
L'intérieur du château Wolfenstein est sinistre, mais captivant.
L’intérieur du château Wolfenstein est sinistre, mais captivant.

Le gameplay

On ne change pas une équipe qui gagne! Le gameplay tantôt bourrin tantôt infiltration est très bien rythmé. Les gunfights sont sympathiques quand on sort sa pétoire préférée mais sont un peu trop facile même en difficulté élevée, les phases d’infiltrations quant à elles peuvent être décevantes à cause d’une IA qui met parfois un peu de temps à comprendre qu’on assassine son camarade juste à côté d’elle, pour qu’en fin de compte elle ne s’en préoccupe pas et retourne vaquer à ses occupations… Aussi ces dernières ne semblent pas se préoccuper des cadavres que vous auriez pu laisser derrière vous.

"Ce qu'il y a de bien avec les nazis, c'est qu'ils sont vraiment très cons!"
« Ce qu’il y a de bien avec les nazis, c’est qu’ils sont vraiment très cons! »
Les phases d'infiltration incognito nous laissent sur notre faim.
Les phases d’infiltration incognito nous laissent sur notre faim.

L’action-bourrin et l’infiltration laissent très vite place à un Doom-like. Les nazis morts semblent être réanimés par quelque chose de paranormal. Sans pour autant être un survival-horror, les derniers chapitres du jeu s’avèrent intéressants bien qu’au final, les zombies nazis ne soient pas réellement nécessaires.

Certains passages ne sont pas sans rapeller un certain Left 4 Dead.
Certains passages ne sont pas sans rappeler un certain Left 4 Dead.

Ce qui peut en revanche changer la donne, c’est que les nazis sont aussi vulnérables que vous face aux zombies. Vous pourrez ainsi profiter de ces diversions pour vous faufiler et passer au niveau suivant.

Petite balade au cimetière profané entre amis.
Petite balade au cimetière profané entre amis.

On a la possibilité de contrôler un véhicule, un gros robot conçu pour les fouilles archéologiques, que nous utiliserons brièvement pour sortir de Wulfburg. Pas franchement amusant. Et avec les zombies qui grimpent sans arrêt dessus, ce robot perd vite en intérêt.

"Regardez-moi ça... Il pleut des nazis!"
« Regardez-moi ça… Il pleut des nazis! »

Des zones « arènes » font légion dans ce jeu, tant qu’une certaine action ne sera pas effectuée par le joueur (comme activer un levier, attendre qu’une porte s’ouvre ou éliminer un commandant) des ennemis attaqueront sans cesse.

Je sais pas vous, j'ai très envie d'appuyer sur ce bouton qui visiblement n'activera pas de vagues d'attaques d'ennemis.
Je sais pas vous, j’ai très envie d’appuyer sur ce bouton qui visiblement n’activera pas de vagues d’attaques d’ennemis.

On peut regretter également que certains passages soient trop prévisibles. Vous savez? Quand vous vous dîtes « bah ouais c’est un piège, ça se sent trop! », et bien vous aurez tout le temps raison pourvu que vous soyez muni d’un cerveau qui marche à peu près correctement!

Oh là là, c'était un piège! Saperlipopette je ne l'ai pas vu venir, ils m'ont bien eu.
Oh là là, c’était un piège! Saperlipopette je ne l’ai pas vu venir, ils m’ont bien eu.

Enfin, le « Boss final » du jeu est vraiment trop facile à battre. La fin est un peu trop cliché, les méchants nazis qui veulent le contrôle d’une créature incontrôlable et qui en perdent le contrôle. Redondant le mot « contrôle » n’est-ce pas? C’est bien de ça qu’il est question, le pouvoir et le contrôle de forces paranormales.

Vu la gueule du truc, on peut comprendre pourquoi il était enterré depuis des siècles.
Vu la gueule du truc, on peut comprendre pourquoi il était enterré depuis des siècles.
"J'ai perdu le contrôle!" "Vous ne comprenez pas, vous n'avez jamais eu le contrôle."
« J’ai perdu le contrôle! »
« Vous ne comprenez pas, vous n’avez jamais eu le contrôle. »

Verdict

Wolfenstein The Old Blood est une bien agréable surprise! Ce standalone vous offre un minimum de 6 heures de jeu en difficulté normale, ce qui est très bien pour un jeu qui n’a « seulement » que 8 chapitres. Son prix est plus que raisonnable: 19,99€ sur Steam (pour PC). Si vous avez aimé The New Order, autant dire d’emblée que The Old Blood vous plaira beaucoup! Les sons du jeu sont très corrects, aucun problème de mixage à signaler, les doublages sont naturels et la bande son (composée par Michael John Gordon) est sublime.

LES +

  • Gameplay très équilibré
  • On notera plusieurs passages vraiment drôles
  • Un background story très bien reflété dans les lettres et journaux
  • Une durée de vie exemplaire pour un standalone
  • La diversité des environnements
  • De nombreux clin d’oeils
  • Des gunfights vraiment jouissives

LES –

  • Des nouveautés trop peu exploitées
  • Une difficulté bien trop simple
  • Un peu trop scripté
  • Quelques problèmes d’optimisation ça et là
  • Trop peu de phases d’infiltration
  • Une fin un peu décevante
  • Les zombies… Dispensables.

 

Et vous? L’avez-vous aimé?  Dîtes-le nous!

 

 

Suite de l’aventure… Dans The New Order!

La suite dans Wolfenstein The New Order disponible... En fait il est déjà sorti!
La suite dans Wolfenstein The New Order disponible… En fait il est déjà sorti!