fbpx
Culture
Partager sur

Webedia: le géant du web s’engage contre le harcèlement organisé depuis jeuxvideo.com !

Webedia: le géant du web s’engage contre le harcèlement organisé depuis jeuxvideo.com !

Après, notamment, les menaces envoyées à Nadia Daam, et une campagne de boycott, Webedia réagit au cyber-harcèlement présent sur jeuxvideo.com

Webedia a réagi au Boycott qui le visait, et s’engage à s’associer aux procédures judiciaires à l’encontre des utilisateurs de jeuxvideo.com. On vous en dit plus sur le déroulement de l’affaire.

 

16 000 messages malveillants envoyés au “ numéro anti-relous ”

 

Tout commence sur le forum “ Blabla 18-25 ans ”, lieu d’échange très connu où tout genre de discussions, relatives ou non aux jeux-vidéo, ont lieux. Environ 16 000 messages malveillants ont été envoyés au “ numéro anti-relous ”. Le numéro en question est un service de sensibilisation au harcèlement sexuel. Parmi ces messages, beaucoup venaient de membres du forum de jeuxvideo.com.

C’est ce qu’expliquait Nadia Daam, journaliste chez (notamment) Europe 1, en dénonçant les faits dans une chronique le 1er novembre. « Ces gens se sont fixé une mission : harceler, menacer et décourager la moindre initiative féministe. » s’indigne-t-elle.

Après cette intervention, on a pu apprendre sur Europe 1 que Nadia Daam avait été physiquement menacée. « On a essayé d’infiltrer sa boîte mail », explique Philippe Vandel, jeudi 2 novembre, sur l’émissions “ Village Médias ”. On apprend aussi que la journaliste a décidé de porter plainte.

 

Des menaces, notamment de mort et de viol

 

Une autre plainte est déposée par Europe 1 pour “ menace de crime contre les personnes ”. Dans une tribune de soutien publiée sur Libération, on apprend qu’elle avait reçu “ des menaces de mort, menaces de viol, menaces sur son enfant. ”. On parle même de “ tentative d’intrusion à son domicile au milieu de la nuit ”.

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, a elle aussi réagit. Elle a donc demandé le 3 novembre à Twitter et à Webedia de « prendre leurs responsabilités pour mettre fin au cyber-harcèlement. ».

Le propriétaire de jeuxvideo.com a donc dans un premier temps pris des mesures visant à doubler l’effectif de modération. Sont donc effacés les sujets évoquant Nadia Daam, les militants féministes ou le “ numéro anti-relous ”. Et cela systématiquement.

 

Webedia réagit au boycott

 

Mais cela ne change pas encore grand choses. Les internautes s’indignent donc sur Twitter, et demandent le boycott de Webedia. Les hashtags #Balancetonforum ou #BoycottWebedia ont alors été mis en place, pour inciter les annonceurs à suspendre leurs publicités sur jeuxvideo.com. On a pu alors voir le fabricant de pâtes Barilla dire que leurs publicités étaient déjà suspendues.

Une manière de « taper au portefeuille de Webedia en interpellant ses annonceurs » explique Sophie Gourion. Cette dernière est une militante féministe et ancienne conseillère auprès du ministère des Droits des femmes, sur son blog.

Ne pouvant plus faire la sourde oreille après tous les faits dévoilés, le groupe Webedia a donc annoncé dimanche 5 novembre dans un communiqué, qu’il s’associerait aux « procédures judiciaires engagées à l’encontre des auteurs de cyber-harcèlement ».

 

Comme le dit Nadia Daam, « A ce stade-là, ce n’est pas ‘balance ton porc’, mais balance toute la chaîne de fabrication des jambons Madrange, couenne comprise ». On lui envoie notre soutien, et par la même occasion, on invite la cochonnaille à s’étouffer dans son propre élément (vous voyez de quoi on parle).