fbpx
Culture
Partager sur

Test: Mortal Kombat X

Test: Mortal Kombat X
Partager sur Facebook

Dernier né de chez NetherRealms, Mortal Kombat X vient de poser ses valises sur next-gen. MCE a testé pour vous ce jeu de combat hyper gore

Après une série de faux pas, la série Mortal Kombat est revenue sur le devant de la scène avec un Mortal Kombat 9 (intitulé sobrement Mortal Kombat pour signifier le reboot de la série). En repensant son gameplay et une partie de sa direction artistique, la franchise avait su reconquérir le cœur des fans. Le studio NetherRealms transforme l’essai cette année avec Mortal Kombat X, le premier volet du jeu de combat sur new-gen. Nous l’avons testé, voici nos impressions.

Mortal Kombat X : la violence à l’état pur

Pour Mortal Kombat X, NetherRealms a pris les ingrédients qui ont fait le succès de son précédent volet, en les améliorant. Il se présente comme un jeu de baston classique sur des cartes en 2D, avec un côté encore plus arcade que le précédent, se plaçant ainsi sur le même créneau qu’un certain Street Fighter, icône des jeux de combat exigents à fort potentiel eSport. On retrouve le charme de Mortal Kombat 9 a savoir : l’extrême violence. Chacun des 24 personnages jouable bénéficie d’attaques X-Ray, de Fatalities ou de Brutalities d’une violence rare, parfois à la limite du supportable.

Les Xray sont toujours là, et il sont hyperviolents

Les Xray sont toujours là, et il sont hyperviolents

Les graphismes nouvelle génération d’une finesse remarquable accentuent l’effet de ces attaques dévastatrices faites de craquement d’os, de démembrement et autres effusions de sang. Nous l’avons testé sur Xbox One, et ce Mortal Kombat n’a pas à pâlir face à la concurrence : beau, fluide, et avec une direction artistique exemplaire (qui plaira ou non), on sait qu’on est face à un jeu de combat nouvelle génération. L’extrême violence du jeu – qui avait franchi un premier pas dans Mortal Kombat 9 – est encore plus appuyée. On se demande même où les développeurs sont allés chercher ces Fatalities aux démembrements complètement WTF (« Ah c’est possible d’enfoncer les bras de quelqu’un dans son buste avant de lui ouvrir le crâne pour y éteindre son cigare »)

Shinnok, 20 ans après

Le scénario de Mortal Kombat X se situe vingt ans après les événements du précédent volet. Alors que la terre se croyait à l’abri, le démon Shinnok s’est réveillé en possession de l’amulette, et projette de nouveau d’asservir la terre, tout comme l’Outre-Monde. La campagne invite le joueurs à contrôler les différentes factions au coeur de ce conflits, dont les préoccupations et oppositions légendaires ont été bouleversées. Rien de bien folichon dans cette campagne : il ne s’agit pas ici d’un scénario révolutionnaire, ni très « intelligent », mais il a le mérite d’être rythmé et la mise en scène en ravira plus d’un.

A noter que cette campagne accueille un système de QTE (Quick Time Event) qui si elle romp la monotonie des cinématiques s’avère en réalité plus anecdotique qu’intéressante : les QTE sont trop rares pour avoir un intérêt et leur impact sur le déroulement des scènes n’est que minime. On note par ailleurs l’apparition de plusieurs nouveaux personnages : Jaqui Briggs, la fille de Jax, Cassie Cage, fruit de l’union entre Johnny Cage et Sonya Blade, Takeda, fils de Kenshi, ainsi Que l’insectoïde D’Vorah, le duo Ferrah/Tor, le cow boy Erron Black ainsi que l’archer Kung Jin.

L'histoire se déroule 20 ans après le précédent opus, et introduits de nouveaux personnages

L’histoire se déroule 20 ans après le précédent opus, et introduits de nouveaux personnages

Des combats dynamiques et des personnages au gameplay varié

Mortal Kombat X est plus fluide que ses prédécesseurs et les combats ont gagné en dynamisme, les quelques accessoires utilisable sur chacunes des maps ajoutent encore plus à la vitesse et la variété des combats (du saut de liane aux coup de marteau en passant par le lancer de moine). Bien que le roster compte 24 personnages jouables, chacun d’entre eux existe en trois déclinaisons, qui offrent autant de variation de gameplay.

Par exemple, pour l’emblématique Scoprion, il peut être joué en mode Ninjutsu, lui conférant des attaques à l’épée dévastatrices, mais le joueur peut également opté pour son mode Incendiaire, remplaçant ces attaques tranchante par des compétences de feu. En fin la troisième version du personnage lui confère un pouvoir d’invocation de Sbire démoniaque. En fonction des personnages ces modes changent littéralement la façon d’aborder un combat, en préivilégiant par exemple des capacités plus défensives, ou encore d’esquive.

Des modes de jeu en veux-tu en voilà

Mortal Kombat X a également l’avantage de regorger de modes de jeux variés, instaurés pour la plupart depuis les précédents épisodes. Outre les modes entrainement, ou Kombat Unique classique, les tours sont toujours de la partie : elles constituent des séries de combat qui s’enchaînent avec pour certaines des variantes de gameplay (handicap évènements de cartes etc). La nouveauté de ce nouvel opus c’est le mode guerre de factions : chaque joueur est invité à choisir une faction au lancement du jeu (qui sont au nombre de 5 et représentent les clans historiques du scénario) et tentera de prendre la tête de la guerre face aux autres factions. Le score de faction augmente avec les résultats des combats en ligne du joueurs mais aussi en relevant des défis journaliers. La domination dans cette guerre octroie au joueur des bonus tels que des Fatalities de factions par exemple.

La guerre des factions est l'une des nouveautés de ce nouveau volet, et elle diversifie un tant soit peu l'expérience de jeu

La guerre des factions est l’une des nouveautés de ce nouveau volet, et elle diversifie un tant soit peu l’expérience de jeu

Les combats en ligne non plus ne tarissent pas de mode de jeu. A côté de l’affrontement classique, ou par salles, on retrouve les mode Roi de la Colline ou Kombat de Tour : dans le premier il est question de rester en tête d’une salle au fil des victoires et affirmer sa suprématie, le gagnant restant après chaque combat. L’autre place les joueurs en concurrence au cours de combats de tour : les résultats sont calculés en fin de série et prennent en compte plusieurs données, telles que le temps de jeu ou le nombre de morts.

Verdict :

NetherRealms confirme son talent après le reboot d’une série vieillissante. Mortal Kombat X est sans conteste l’avenir du jeu de baston. Sans détrôner les ténors, il se fait une place de choix grâce à ses graphismes, sa diversité et son gain de fluidité et de rigueur. Continuant sur sa lancée, le studio est allé encore plus loin dans le gore et le démembrement, pour le plaisir des yeux. Les nouveau arrivants et autres novices du genre y trouveront leur compte tout comme les aficionados qui aprécieront les changements de gameplay et pourront s’adonner à l’eSport avec un plaisir non dissimulé. Restent une campagne un peu kitch et sans grand intérêt (si ce n’est celui de se familiariser aux personnages) et un mode en ligne encore victime de quelques lenteur, ce dernier point étant susceptible de s’améliorer aux gré des patchs.