fbpx
Culture
Partager sur

Test de Battlefield Hardline: le spin-off gagnant pour la franchise ?

Test de Battlefield Hardline: le spin-off gagnant pour la franchise ?

Après de nombreux opus dédiés aux théâtres d'opération militaires classique, la saga Battlefield change d'univers et s'attaque à la guerre contre la drogue avec Battlefield Hardline. Un jeu qui garde les ingrédients de base de la franchise, mais en apporte de nouveaux, pour le meilleur ou pour le pire

Cette année, pour la première fois depuis longtemps, les deux mastodontes du FPS ne se sont pas affrontés directement de face. Chacun a choisi un univers différent et une date de sortie lointaine de l’autre. Alors que Call of Duty Advanced Warfare, sorti en novembre, a pris un virage futuriste, Battlefield s’est essayé à l’équation flic contre voyou dans Battlefield Hardline. Ce « spin-off » développé par Viceral Games (Dead Space) pendant que DICE planche sur Star Wars Battlefront, est-il à la hauteur des précédents Battlefield ? Est-il le sauveur d’une franchise de plus en plus décriée ? La réponse est mitigée.

« Précédemment dans l’épisode 1 de Battlefield Hardline »

Souvent critiqués pour leur manque d’innovation, et leur gameplay linéaires, les FPS gros budget peinent à se renouveler depuis quelques années. Premier bon point pour Battlefield Hardline : il innove un tant soi peu. C’est surtout sa campagne solo qui se démarque. Le joueur incarne Nick Mendoza, un policier à Miami qui va rapidement découvrir les mots corruption et pragmatisme. Avec un déroulement sous forme d’épisodes, cette campagne revêt les traits d’une série télévisée, à l’instar des Experts Miami ou True Detective (on trouve d’ailleurs des personnes ayant travaillé sur cette série dans la création du jeu).

Test Battlefield Hardline: spin-off gagnant pour la série ?1
Test Battlefield Hardline: spin-off gagnant pour la série ?1

La campagne en devient plus intéressante que celles auxquelles on nous a habitué, gangrenée par un manichéisme américain et les punchline gros bras. Les dialogues, justement sont pour le coup plus fouillés que d’habitude (malgré une synchronisation labiale bancale)et l’intrigue est un tant soi peu haletante (sans proposer un scénario révolutionnaire, on est face à de la guerre contre la drogue de série B).

La mort n’est pas la seule issue

Le gameplay de cette campagne solo est lui aussi novateur dans la série : plus question d’aller d’un point A à un point B en exécutant tout ce qui bouge : il est possible d’évoluer avec des approches différentes. Battlefield se dote ici d’une petite touche d’infiltration : il est possible d’atteindre son objectif en contournant les ennemis, en les menottant (le système est d’ailleurs bien pensé : on arrête un ennemi en brandissant sa plaque et il faut le tenir en joue le temps de l’approcher, en veillant à ce que sa jauge d’agressivité n’atteigne pas son seuil critique) ou encore en les assommant. Le gameplay est d’ailleurs plus accessible que sur les précédents opus et le dynamisme a été revu à la hausse.

Test Battlefield Hardline: spin-off gagnant pour la série ?5
Test Battlefield Hardline: spin-off gagnant pour la série ?5

En multi, on retrouve ce qui s’apparente à du Battlefield classique, mais avec des cartes quelque peu réduite. On retrouve les modes classiques que sont le Match à mort par équipe ou la conquête, auxquels s’ajoutent :

Poursuite Infernale : les joueurs doivent s’emparer de véhicules (de toutes sortes) et filer à toute vitesse pour marquer des points.

Sauvetage : une équipe doit libérer des otages et l’autre l’en empêcher. C’est le mode que nous avions testé il y a quelques mois.

Argent Sale : chaque équipe doit faire le plein d’argent et l’emmener à son stock, il est possible de dépouiller le stock de l’équipe adverse, ce qui pimente les parties

Braquage : un mode de jeu très fun rappelant un certain PayDay 2 dans lequel une équipe doit braquer un lieu en forçant l’entrée, puis en s’emparant du butin.

Contrat : un mode VIP, croisé dans de nombreux FPS.

Malgré cette variété de modes, ayant tous un potentiel fun, ce sont les fans de Battlefield qui risquent de ne pas s’y retrouver. Il y a la dimension, les parties à 62 joueurs, le feeling des armes qui sont maintenant la marque de fabrique du jeu. Mais l’envergure et le plaisir n’est pas le même. Mentions spéciales tout de même aux modes braquage et argent sales qui sont les seuls nouveau à vraiment trouver leur intérêt.

L’équipement est lui-aussi bien différent, univers policier oblige. Grappins, grenades lacrymo, caméras de surveillances : autant d’atout qui donne un aspect stratégique non négligeable en multi : le choix des coéquipiers en fonctions de leur équipement devient primordiale pour plus de succès.

Test Battlefield Hardline: spin-off gagnant pour la série ?4
Test Battlefield Hardline: spin-off gagnant pour la série ?4

Une déception visuelle

Côté graphismes, ce Battlefield déçoit : il est tout simplement similaire à Battlefield 4. Malgré quelques beau environnements et des visages bien réalisés, on reste sur sa fin. D’autant plus qu’on constate une fois encore le déclin de la destruction : ce qui a fait le succès de Battlefield, après le premier Bad Company, c’est l’environnement destructible. A part quelques muret friables, ou quelques autres murs intérieurs troués, il n’y a plus grand chose. On retrouve néanmoins la technologie Levolution comme une grue qui s’effondre en pleine ville ou une tempête de sable lors d’une partie dans le désert.

Finalement, ce Battlefield Hardline a des atouts, comme son gameplay plus nerveux, sa campagne solo plus intéressante qu’à l’accoutumée et moins bourrin. Mais on a du mal à pardonner les graphismes, et la disparition de certains atouts de la franchise comme l’environnement destructible. Battlefield Hardline n’en reste pas moins un bon jeu et on ne peut que saluer la prise de risque du background : l’univers flic contre voyou fonctionne plutôt bien avec les parties à grande échelle.

On y jour pour :
– Son univers guerre contre le crime
– Son solo légèrement innovant
– Les modes Braquage, Argent Sale ou Hotwire

On n’y joue pas à cause de :
– ses graphismes quelconques
– la destruction limitée
– les quelques bugs
– des serveurs trop vides

Notre note : 13/20