fbpx
Culture
Partager sur

Switch lite : la nouvelle console de Nintendo était-elle indispensable ?

Switch lite la nouvelle console de Nintendo était-elle indispensable grande
Partager
Partager sur Facebook

Nintendo décline sa célèbre Switch dans une version lite délestée de quelques grammes et euros. Une option qui devrait beaucoup plaire !

Les éditeurs de consoles de jeux le savent. Une bonne machine est un objet qui se décline en gammes. Il suffit de voir Microsoft et Sony proposaient toujours plus de versions de chaque nouvelle XBox et Playstation. Alors que beaucoup attendaient une version plus pointue de la Switch, Nintendo a décidé de relever le pari inverse. Proposer une version allégée (tant niveau grammes que fonctionnalités) de sa console au succès exceptionnel. Soit la « Switch lite ». Une console désuète ou au contraire, une excellente option pour les bourses les plus démunies ? MCE vous fait le point.

Switch Lite : une machine plus légère et moins chère

Cette nouvelle Switch Lite, comme son nom l’indique, est plus petite et plus légère. La diagonale de son écran est de 5,5 pouces, contre 6,2 pour sa grande sœur. Et sur la balance, elle pèse quelques 275 grammes, cent de moins que la première mouture. L’objet sera donc encore plus transportable et pratique dans les transports en commun (entre autres). Ca tombe bien, vous ne pourrez de toute manière pas jouer vraiment ailleurs mais nous y reviendrons. Point agréable, la définition de l’écran et l’aspect tactile sont les mêmes sur les deux items.

Le gros point faible, en revanche, c’est que comme beaucoup l’ont compris, la Switch est une console 100% portable. Un peu ironique puisque pour mémoire, son nom signifie « échanger », la principale qualité de la console étant d’être à la fois de salon et de poche. Dès lors, oubliez l’idée de jouer à Mario Kart dans votre salon ou profiter des époustouflants décors de Zelda sur un home cinéma. Dans cette même optique, vous comprendrez que les Joy-Con ne sont pas détachables (ça ne serait guère utile). Cette Switch Lite n’est que la continuité des Nintendo DS, GameBoy et consorts. Une sorte de rétropédalage qu’une frange du public risque de bouder…

Une console pour un public plus jeune

Oui mais justement, cette version a un cœur de cible bien différent. Avec sa panoplie de coloris sympathiques et flashy (du jaune, du bleu turquoise), elle devrait plaire aux nomades au fait des tendances. Ou à un public plus jeune. À titre personnel, l’auteure de ces lignes n’était pas très fan du design de la console sortie en 2017. Mais aime peut-être encore moins celui de la nouvelle déclinaison, certes chou comme tout. Mais plus proche du jouet ou du gadget comme Nintendo sait si bien le faire (encore une fois, ça n’engage que votre brave serviteur).

Bref, elle est faite pour des gameurs qui ne sont pas obsédés par le câble HDMI qui relie leur petit écran à un plus grand. Surtout, elle jouit d’un nouveau tarif très concurrentiel : 200 euros, ni plus ni moins. Bien moins chère que la Switch classique, vendue généralement autour des 300 euros (et ce même sur le marché de l’occasion). Et que rarement sujette à des promotions (ou alors flash, à vous de foncer). À coup sûr, cette nouvelle gamme trouvera son public, tant elle répond à une véritable demande, aussi surprenante cela puisse-t-il paraître.

Forcément, une autre partie des joueurs pro-Nintendo en veulent aussi pour leur argent. Et aimeraient bien avoir l’équivalent d’une Switch pro. S’ils peuvent toujours y croire, cela ne sera pas pour le prochain noël, assurément. Doug Bowser, qui dirige la branche américaine de la firme japonaise, a douché tous leurs espoirs précisant qu’une version plus aboutie de la console n’arrivera guère en 2019. Sans pour autant dire que cela n’arrivera jamais.

The Witcher 3 cause quelques inquiétudes…

Et c’est tant mieux, car une Switch pro manque vraiment au catalogue de la maison de Mario. Certes, l’entreprise n’a jamais voulu participer à la course au graphisme ahurissant. OK, certains de ses jeux sont d’une beauté affolante (Zelda, entre autres). Mais soyons honnêtes : ses capacités techniques continuent à faire pâle figure face aux mastodontes concurrents. On peut même se demander comment un vrai GTA-like, avec un monde ouvert, pourrait s’imposer. Ou ne serait-ce que tourner sans trop de bug, avec fluidité.

Pour rappel, le formidable The Witcher 3 devrait arriver en décembre prochain sur Switch. Et les joueurs qui ne connaissent que trop bien cette itération ont peur. Comment ce jeu à la carte si majestueuse pourrait bien fonctionner sur la petite bêbête de Nintendo ? Réponse dans quelques mois, mais les plus défaitistes misent déjà sur le pire (sans doute injustement, la map de Zelda étant également vertigineuse). De plus, une console avec une meilleure autonomie ne serait pas de trop. 3 à 4h dans sa version portable, c’est bien. Mais pas transcendant. Peut-on rêver à une version qui pourrait faire tourner un The Witcher 3 comme une PS4 pendant une dizaine d’heures ? Chez MCETV, on brûle des cierges chaque jour dans cette optique.

Mélissa Chevreuil