fbpx
Culture
Partager sur

Swatting: un adolescent de 17 ans arrêté

Swatting: un adolescent de 17 ans arrêté
Partager
Partager sur Facebook

Un adolescent de 17 ans a été arrêté en Colombie-Britannique au Canada. Celui-ci serait impliqué dans 23 cas de swatting envers des streamers sur Twitch.

Un adolescent de 17 ans a été arrêté en Colombie-Britannique au Canada. Celui-ci serait impliqué dans 23 cas de swatting envers des streamers sur Twitch.

Qu’est-ce que le swatting?

Le terme swatting est apparu début 2013, c’est un phénomène dont sont victimes de plus en plus de streamer Outre Atlantique.

Le principe: appeler la police, se faire passer pour la personne piégée et prétendre qu’un crime est en train de se dérouler. En plus des policiers, les équipes du SWAT, unité spécialisée dans les opérations paramilitaires, sont alors envoyés sur les lieux. Le journaliste américain Brian Kebs, victime de swatting, rapportait alors au magasine The Verge « quand la police m’a dit de mettre les mains en l’air, j’avais une grosse boule de scotch usé dans les mains. Ils auraient pu croire qu’il s’agissait d’une arme ».

De quoi est-il coupable?

Un adolescent de 17 ans, résident en Colombie-Britannique (Canada) a plaidé coupable des vingt-trois cas d’harcèlement, de swatting et de canulars envers les forces spéciales.
Le journal Tri-City News, qui couvrait également le dossier et dans lequel le gamin a admis une dizaine des faits qui lui étaient reprochés, dévoile les cibles favorites du petit criminel.

« L’adolescent, qui utilisait régulièrement des pseudonymes (qu’il changeait régulièrement), attaquait également ses victimes en postant sur le web leurs adresses, les dates de naissances des parents, numéros de cartes de crédit ou encore les numéros de sécurité sociale… Avec cela, il commandait des centaines de pizzas avec les numéros de carte illégalement obtenus et les faisait livrer chez ses victimes. »

Le plus surprenant dans l’histoire, c’est qu’il agissait en fonction des streamers. Si ces derniers refusaient de lui parler ou de l’ajouter à leur liste d’amis, il passait à l’acte. De nombreux streamers et streameuses ont ainsi été victimes de swatting, mais aussi de livraisons de centaines de pizzas frauduleusement payées ainsi que d’escort-girls.

« L’adolescent choisissait ses victimes -principalement des gameuses- sur le web. Si elles ne l’ajoutaient pas à leur liste d’amis ne répondaient pas à ses demandes ou ne lui envoyaient pas les photos qu’il voulait, il se vengeait en en les harcelant elles et leurs familles. »

Son jugement aura lieu le 29 juin au tribunal de Tri Cites, il risque jusqu’à 10 ans de prison.

Source: Kotaku