fbpx
Culture
Partager sur

Red Dead Redemption 2: polémique sur les heures de travail, Rockstar répond

Red Dead Redemption 2: polémique sur les heures de travail, Rockstar répond
Partager
Partager sur Facebook

Dan Houser a parlé dans une interview des heures de travail de certains développeurs de Red Dead Redemption 2. Rockstar Games répond à la polémique.

Dan Houser a parlé dans une interview des heures de travail de certains développeurs de Red Dead Redemption 2. Ce qui a suscité une vive polémique sur les conditions de travail. « Désastreuses… Difficiles », les adjectifs ne manquent pas. Toutefois, Rockstar Games répond à la polémique.

Red Dead Redemption 2 : un rythme infernal

Tout d’abord, expliquons les faits. En début de semaine, Dan Houser, coprésident de Rockstar Games, racontait à Vulture que « certains employés faisaient des semaines de 100 heures ». Cela a bien évidemment suscité de vives réactions, tant chez les joueurs que dans les médias. Beaucoup de sites se sont posé la question, à l’instar du Monde, du temps de travail dans l’industrie du jeu vidéo. Rockstar Games répond à la polémique en apportant des chiffres plus précis au Guardian. Ces derniers indiquent que le temps de travail moyen de janvier à septembre, pour un employé, serait compris « entre 42,4 et 45,8 heures par semaine ». Toutefois, cette moyenne augmente lors du pic qui a eu lieu en juillet à 50,1 heures. On est donc bien loin des 100 heures par semaine, déclaré par Dan Houser. Mais de qui voulait-il parler alors quand il a dit ça à Vulture ?

Les développeurs de Red Dead Redemption 2 font « des efforts »

Après s’être rendu compte de la polémique que l’interview de Dan Houser a suscité, Rockstar Games a autorisé ses employés à s’exprimer. Quand on lit leur déclarations, seuls « 20%
déclarent avoir travaillé plus de 60 heures »
. Le directeur de Rockstar North, Rob Nelson, s’est également exprimé. Il explique au Guardian que la firme au R étoilé veut préserver ses employés… Indiquant « que des efforts constants étaient réalisés dans le domaine ».

Nous grandissons aussi vite que possible et nous structurons nos départements en fonction des besoins, car nous ne voulons pas que les gens travaillent trop dur. Est-ce que les gens travaillent dur et y a-t-il des heures supplémentaires et des efforts supplémentaires? Oui, il y en a. Est-ce quelque chose que nous souhaitons voir se dérouler régulièrement pendant de longues périodes, ou comme une partie acceptée de notre processus ou comme un « badge d’honneur » ? Non, ce n’est pas le cas. Nous essayons toujours d’améliorer notre façon de travailler et équilibrons ce que nous faisons avec la façon dont nous le faisons et nous ne cesserons pas de travailler pour nous améliorer dans ce domaine.

Red Dead Redemption 2: origine de la polémique

Revenons sur l’interview accordée à Vulture, au siège de Rockstar Games avec Dan Houser, co-fondateur du studio. C’est de cet article que la polémique sur Red Dead 2 a commencé. On apprend dans ce papier, entre autres, que les « idées concernant son développement (à RDR2, ndlr) auraient débuté en 2011. Et les premiers scripts ont pointé leur nez vers l’automne 2012, avec Dan Houser lui-même incarnant, durant les visioconférences avec toutes les équipes, les différents personnages proposés ». Mais aussi, le script final de l’histoire principale faisait 2000 pages ! Toutefois, en ajoutant toutes les quêtes annexes et dialogues additionnels, la documentation totale imprimée mesurerait plus de 2,40m.

Toute une armée d’acteurs a été employée pour donner vie à l’environnement de Red Dead Redemption 2. Plus de 2000 heures de motion-capture (capture de mouvements) nécessaires. Aussi, 1200 acteurs ont prêté leur voix/visage dont 700 ont des lignes de dialogue. De ce fait, le bébé de Rockstar Games dispose de plus de 300 000 animations, uniques pour la plupart, et 500 000 lignes de dialogue ! « Enfin, il faut savoir que les développeurs ont fait des semaines de travail de plus de 100 heures en 2018 ! » concluait alors le coprésident. Ce qui montre plus ou moins, que ces propos ont été sortis de leur contexte. Néanmoins, le problème des heures à rallonge est bel et bien réel.

Un problème bien plus répandu qu’on ne le croit

Le Monde a publié aujourd’hui un article, dans lequel on peut lire que le problèmes des heures supplémentaires est récurrent. « En 2018, l’industrie du jeu vidéo se targue de peser désormais plus que celle du cinéma — ce qui est exact, à condition d’inclure les consoles et d’exclure l’exploitation des films en Blu-Ray et VOD. Mais elle demeure un secteur éprouvant, marqué par un turnover important de ses salariés et de nombreuses reconversions dans l’animation ou l’informatique, loin de l’image d’industrie de rêve qu’elle renvoie ».

Il faut alors comprendre que ce n’est pas uniquement Rockstar Games, mais un problème intrinsèque à l’industrie du jeu vidéo. Avec des éditeurs qui veulent toujours plus de profit, les studios de développement se retrouvent, bien souvent, avec des deadlines serrées. Et un jeu vidéo ne se conçoit pas en un claquement de doigt ! Le quotidien révèle alors une sombre face de l’industrie « Semaines de soixante, quatre-vingt, voire cent heures ; management chaotique ; faibles salaires… un peu partout, les mêmes travers se retrouvent. Ce n’est pas un hasard : ils sont intimement liés à la structure même de l’industrie du jeu vidéo ». En cause, selon Le Monde, la jeunesse de ce secteur relativement nouveau, mais surtout qu’il est « hitdriven ». C’est-à-dire, c’est-à-dire qu’un studio ou un éditeur repose sur le succès commercial de quelques titres. « Les bonnes ventes d’un projet à sa sortie ne garantissent pas nécessairement celles de sa suite, comme l’ont prouvé Watchdogs 2 et Titanfall 2. Cette impossibilité à prédire les retombées financières d’un jeu oblige souvent les gestionnaires à ajuster les salaires au minimum, par précaution ».

Red Dead Redemption 2: une grosse longévité

Revenons sur l’interview sur un point intéressant. Une soixantaine d’heures de jeu. C’est ce qu’a déclaré Dan Houser dans le cadre d’une interview avec Vulture. Et, bien entendu, on ne compte même pas la bonne vingtaine d’heures que vous prendra le contenu supplémentaire… Ou les parties interminables de Poker ! Néanmoins, on apprend que Rockstar coupe 5 heures de contenu. « Il était prévu que le héros ait deux histoires d’amour potentielles, sauf que la deuxième a été considérée comme inutile et superflue. Même chose concernant une mission sur un train avec des chasseurs de primes, pas retenue car pas fun ».

Enfin, rappelons tout de même aux joueurs que Red Dead Redemption 2 sera disponible le 26 octobre prochain. Seulement sur Xbox One et PS4 (pour le moment). Donc prévenez vos proches, et dites adieu à toute vie sociale !