Culture
Partager sur

PSG: Thomas Meunier nous a parlé de FIFA 18, de Football, et d’Art ! [EXCLU]

Partage
Partager sur Facebook

Si FIFA 18 a évidemment été abordé, le joueur a aussi pu nous parler de ses penchants pour l’art et la musique, ou encore de son parcours atypique

Jeudi 23 novembre, le joueur du PSG Thomas Meunier était présent à la Fnac des Champs-Élysée pour un évènement autour de FIFA 18. Après une séance de dédicace auprès de ses fans, le défenseur latéral belge a accepté de discuter avec nous. Entre son personnage dans le dernier jeu de football d’EA Sports, son parcours dans le football et sa passion pour l’Art, pas mal de sujets ont été évoqués avec l’international Belge. Ça se passe ici.

 

Si on oublie la modélisation, Thomas Meunier s’en sort très bien, niveau compétences, sur FIFA 18…

 

Il n’est pas obligatoire d’être un fan du PSG pour admirer certains de ses joueurs. Certains ont beau haïr le club entraîné par Unai Emery, mais certains joueurs, à l’instar de Louis Rabiot ou Thomas Meunier font tout simplement rêver.

Ce dernier fournit d’ailleurs un très bon travail au sein de l’équipe.Capable de défendre férocement d’un côté, et de mener la balle au fond des filets de l’autre, le défenseur latéral belge est un grand atout pour le PSG.

On peut d’ailleurs constater la même chose sur FIFA 18. Dans la dernière simulation footballistique d’EA Sports, Thomas Meunier se paye d’ailleurs une jolie note générale, de 81. « Ma note est meilleure que pour la saison précédente. C’est bon pour moi » lance le défenseur parisien, plutôt satisfait.

Mais comme ce dernier opus de FIFA n’est pas parfait, on a pu constater des problèmes. Ces derniers pouvaient par exemple concerner les notes de joueurs (coucou Benjamin !) ou alors leur modélisation.

Dans le cas de Thomas Meunier, c’est la modélisation qui n’est toujours pas au rendez-vous. Bien sûr, le joueur ne s’en plaint pas trop. Mais il aimerait tout de même « bien voir le visage qui va avec le nom », ce qui est compréhensible.

 

… Et la recette pour marquer des buts avec son personnage est la même que dans la vraie vie

 

Heureusement pour lui, son avatar ne démérite pas sur le terrain. Et comme le confirme l’ancien joueur de Bruges, il n’est pas très compliqué à utiliser. « Il suffit de mettre quelques bons tacles, être costaud défensivement, et se faire quelques plaisirs offensifs, comme dans la vraie vie » confie-t-il, esquissant un sourire.

En le voyant jouer, on se doute que ces premières parties de FIFA ou PES ne remontent pas à hier. Mais ça, c’était avant, nous explique le défenseur, occupé par son métier et sa vie de famille.

Cela ne l’empêche tout de même pas de sortir la console pour taper quelques matchs en ligne. Mais seulement quand l’occasion le permet.

 

Un itinéraire assez atypique, comparé à celui d’un joueur évoluant exclusivement en centre de formation

 

Bien sûr (et heureusement), Thomas Meunier n’a pas que le football dans sa vie, et cela n’est d’ailleurs pas récent. Arrivé à 13 ans au centre de formation du Standard de Liège, il constate assez rapidement que ses priorités ne sont pas les mêmes que celles des autres jeunes joueurs.

Après deux saisons et pas mal de blessures, il quitte le Standard et se consacre à des études d’Art. Malgré cela, il ne lâchera pas le football.

« Ça a été une chance pour moi, et le début d’une nouvelle vie sportive » nous explique le back droit du PSG. En effet, cela lui a permit de “ vivre comme un garçon normal ”, oscillant entre école la semaine et sortie le week-end. « Le contraire d’un joueur en centre de formation, constamment épié et forcé de vivre football 24 heures sur 24 » nous dit le joueur, qui s’estime chanceux de ne pas avoir été dans ce cas.

Dès 2009, il est intégré au noyau A du Royal Excelsior Virton jusqu’en 2011, pour rejoindre ensuite l’équipe de Bruges. En 2016, comme vous le savez, il intègre enfin le PSG, où il joue actuellement.

 

Une passion pour l’Art, développée notamment grâce aux études

 

Si les études ont pu confirmer son choix d’être footballer, elles l’ont aussi aidé à développer une fibre artistique. Très éclectique dans ses goûts, celui que ses camarades du PSG surnomment Ivan Drago peut aussi bien passer de Kandinsky à Philippe Geluck, ou de la musique classique au rap. Ce qui n’est pas l’apanage de tous les footballeurs.

C’est d’ailleurs dans la vidéo du PSG, “ Un jour avec Thomas Meunier ”, qu’on peut entendre tourner dans sa voiture “ qu’est ce que tu deviens ”, un morceau très connu du groupe de rap français ATK. Une référence qui peut agréablement surprendre certains amateurs.

« Musicalement, je suis très old-school niveau rap français. » nous lance l’international belge, qui peut écouter en boucle « des groupes comme IAM, NTM, sages poètes de la rue ». Ce qui ne l’empêche pas de se pencher sur d’autres genres, comme la House.

Ne stressez donc pas au niveau de la playlist si vous passez une soirée FIFA 18 Thomas Meunier. Il le dit: « Tant que ça bouge bien, qu’il y’ a un bon rythme, des bonnes paroles (pour le rap, ndlr), je ne suis pas difficile. ».