fbpx
Culture
Partager sur

Pokémon Go: un blogueur russe poursuivi pour avoir joué dans une église

Pokémon Go: un blogueur russe poursuivi pour avoir joué dans une église
Partager
Partager sur Facebook

Un jeune homme a été mis en prison en Russie appel à la haine et atteinte à la liberté religieuse. Il jouait à Pokémon Go dans une église.

A Iekatérinbourg, un Russe a été jugé pour avoir joué à Pokémon Go dans une église. Il avait été pourtant prévenu des conséquences juridiques d’un tel acte.

Les faits de sont déroulés au mois d’août 2016. Rouslan Sokolovski, 22 ans, décide de partir à la chasse aux Pokémon. Dans le but de créer la polémique, il choisit la cathédrale de Iekatérinbourg. Cette église orthodoxe avait été bâtie à l’endroit où les Romanov, la famille du dernier Tsar, avaient été exécutés.

Dans sa vidéo, il choisit un chant blasphématoire rythmés par des insultes. Le jeune dresseur justifie ses actes par une émission télévisée qu’il avait vu au préalable. Dans cette dernière était expliqué le caractère blasphématoire et contraire à la loi d’une telle pratique. Toujours sa vidéo, Rouslan regrette avec ironie « de ne pas avoir capturé le Pokémon le plus rare de tous: Jésus ».

Pokémon Go: appel à la haine et atteinte à la liberté religieuse

Après son arrestation, le jeune homme a été assigné à résidence, dans l’attente d’un procès. Cela n’a pas suffi à l’empêcher de se faire incarcérer. Selon son avocat, c’est parce que sa petite amie lui aurait rendu visite malgré son assignation. La justice le juge alors pour appel à la haine et atteinte à la liberté religieuse. Une accusation qui lui risquerait jusqu’à cinq années de prison.

Cette décision a été renforcée suite à une perquisition de son domicile par les enquêteurs. En effet, son compte YouTube présentait des vidéos qui l’auraient fait condamner pour les mêmes motifs.

Pokémon Go: un jeu qui ne fait pas l’unanimité

Cependant, le jeune se défend et n’abdique pas. « Je n’ai pas demandé aux gens de regarder mes vidéos. Qui est l’Eglise orthodoxe pour que j’aie à me repentir devant eux ? » s’est-il défendu lors de son procès. L’Eglise orthodoxe n’est pas la seule à blâmer Pokémon Go. L’été dernier, un évêque italien avait même comparé le jeu de Niantic à « un système totalitaire proche du nazisme ».

Mais Rouslan Sokolovski n’a pas que des détracteurs. L’ONG Amnesty International a ordonné au Gouvernement russe de relâcher le jeune russe pour cause d’accusations « grotesques ».