fbpx
Culture
Partager sur

PlayerUnknown’s Battlegrounds: Un Battle Royale en jeu vidéo !

PlayerUnknown's Battlegrounds: Un Battle Royale en jeu vidéo !
Partager
Partager sur Facebook

À mi-chemin entre FPS et jeu de survie, PlayerUnknown's Battlegrounds suscite déjà, avant sa sortie finale, l’engouement de bon nombre d'utilisateurs

Disponible en accès anticipé depuis le 23 mars 2017, PlayerUnknown’s Battlegrounds verra sa version finale apparaître le 12 décembre prochain. Au menu, vous allez goûter à du gros FPS mixé avec du survival. On vous en dit plus.

 

Battle Royale, une référence qui a inspiré beaucoup d’oeuvres, notamment vidéoludiques

 

Pour beaucoup de connaisseurs, une partie du titre cité plus haut va se révéler évocatrice. En effet, le 21 avril 1999 paraissait Battle Royale, un roman écrit par l’écrivain japonais Koshun Takami. On vous la fait courte: L’intrigue se déroule dans un futur dystopique, au Japon.

Chaque année, une “ expérimentation ”(le programme n°68) choisit une classe de troisième parmi 50, où les élèves doivent s’entretuer jusqu’à ce qu’un seul demeure. Une façon de « tuer dans l’œuf toute velléité des citoyens de se grouper et de se révolter ensemble ».

Voici la trame de l’histoire, adaptée d’ailleurs en film, et en Manga. Si vous voulez en apprendre plus, on vous conseille de jeter un œil sur toutes ces versions, très intéressantes.

Le même principe a été employé dans pas mal de fictions, à l’instar de Hunger Games. Cela a donc aussi donné pas mal d’idées aux concepteurs, avec par exemple le mode DayZ du jeu Arma II, ou encore PlayerUnknown’s Battlegrounds.

 

PlayerUnknown’s Battlegrounds popularise la mécanique du Last Man Standing…

 

Ce dernier, sorti en début d’année 2017 sur PC en accès anticipé, reprend les codes du Last Man Standing, et a déjà su se faire apprécier de beaucoup d’utilisateurs. Un peu comme pour Battle Royal, les joueurs devront s’affronter sur une île déserte, sans respawn. L’utilisateurs qui restera le seul survivant aura donc gagné la partie.

Pour l’un concepteur du jeu Brendan Greene, « C’est tellement nouveau que vous pouvez très rapidement devenir bons et compétitifs ». Avant d’en arriver là, ce dernier avait déjà commencé à s’inspirer d’Arma II et de sa suite, pour développer un mod, intitulé Battle Royale (le monde est petit oui).

Ce titre est d’ailleurs ce qui l’a aidé à créer PlayerUnknown’s Battlegrounds, qui vient vraiment populariser le style.

 

…Ce qu’on remarque au travers de ses ventes et de l’engouement qu’il génère

 

Effectivement, ce jeu, qui devrait bientôt voir arriver sa version finale, fait déjà sensation chez pas mal de joueurs. En témoignent les statistiques de Steam, qui donnait au jeu un total de 2,7 millions d’utilisateurs connectés lundi dernier.

Si l’on en croît donc ce chiffre, PUBG était le jeu réunissant le plus de joueurs sur ordinateur lundi 20 novembre.

Sans oublier que depuis le lancement de sa première version en mars, PlayerUnknown’s Battlegrounds s’est déjà écoulé à plus de 22 millions de copie, d’après le site Steamspy.

 

Le titre commence aussi à se frayer un chemin dans l’eSport

 

Aussi, le jeu a déjà été mis à l’honneur lors de compétitions, comme les Intel Extreme Masters. À défaut donc de ne pas trouver un match des Golden State Warriors, à l’Oracle Arena d’Oakland, les spectateurs ont pu assister à deux jours de Last Standing.

80 joueurs ont donc pu s’affronter en live pendant ce week-end, et pas mal d’entre eux ont apprécié l’expérience. Avoir accès à ce genre de compétitions permet donc au jeu de se frayer une bonne place sur la scène.

On peut bien sûr avoir quelques réserves au sujet de l’eSport, quand on constate la volonté de certains éditeurs à privilégier le profit au détriment de l’expérience de jeu.

Mais d’un autre côté, étendre cette discipline chez beaucoup d’utilisateurs et la démocratiser pourrait permettre de contenter les joueurs et et les éditeurs, en évitant un maximum les dérives. Il faudra néanmoins du temps et du travail afin que cela soit viable pour tous.

De plus, la facilité de prise en main de ce jeu, grâce à son système complètement nouveau, permettrait à n’importe qui de devenir bon, limitant les mises à l’écart. « Tout le monde peut regarder un tournoi d’eSports et acheter un jeu à 20 dollars pour essayer de devenir les joueurs qu’ils regardent. ». C’est en tout cas ce que pense Brendan Greene.