fbpx
Culture
Partager sur

Mirror’s Edge Catalyst: la récap’ d’après gamescom

Mirror's-Edge-Catalyst-la-récap'-d'après-gamescom

MCE vous propose une récap' de tout ce qu'on sait de Mirror's Edge Catalyst après la gamescom!

MCE vous propose une récap’ de tout ce qu’on sait de Mirror’s Edge Catalyst après la gamescom!
5 minutes de gameplay pour Mirror's Edge Catalyst

Mirror’s Edge Catalyst s’illustre à la gamescom

Voilà (enfin) la vidéo de gameplay de Mirror’s Edge Catalyst! Après d’innombrables teasers et images, on a enfin un réel aperçu du jeu! Beaucoup de potentiel, de fluidité, et le design général ne manque pas d’un certain esthétisme. Ce qui nous vient à l’esprit, c’est la précision ridicule des gardes de sécurité.

Aucun lien entre 2008 et 2016

« Les personnes ayant joué au premier jeu reconnaîtront certains éléments, mais pour Catalyst, la ville est nouvelle. Faith elle-même est similaire, mais nous n’avons pas pioché trop d’éléments d’elle dans le premier épisode.
Sa personnalité est désormais plus étoffée. Je dirais que le jeu traite de son voyage personnel. Bien évidemment il y a une grosse intrigue autour du fait de s’impliquer contre l’oppression et ce genre de choses, mais l’histoire la plus importante est celle de son voyage, de qui elle devient et de ce qu’il se produit dans le parcours qui fait d’elle la personne qu’elle est. »
a expliqué Christofer Ermgard, scénariste pour DICE.

Comprenez donc qu’il n’y aura aucun lien scénaristique entre Mirror’s Edge et Catalyst. A noter que le personnage de Faith sera plus étoffé, ce qui est une bonne chose.

Un monde ouvert « progressif »

« C’est une ville en expansion qui s’ouvrira à mesure que vous progresserez dans l’histoire. L’une des critiques du premier jeu était qu’il était un peu trop difficile pour beaucoup de gens ou un peu trop frustrant, et nous croyons que lancer les joueurs dans une ville immense pour faire ce qu’ils veulent aurait été un peu intimidant, surtout que notre gameplay diffère de nombreux autres jeux. » raconte Sara Jansson dans une interview accordée à Xb1.co.uk, dans laquelle elle souligne ce qui différencie Catalyst des autres jeux: son gameplay.
Le monde ouvert (la ville) ne s’ouvrira donc pleinement aux joueurs seulement qu’après avoir passé un certain nombre d’heures dans le jeu. Choix judicieux? Cela signifie que nous ne pourrons pas accéder immédiatement à la ville entière, la véritable exploration attendra donc un peu…

Une héroïne désarmante… désarmée

On pouvait dans Mirror’s Edge 2008, mais dans Catalyst le joueur n’aura pas le choix: il ne pourra plus user des armes à feu pour s’échapper. Bien ou pas? Hé bien, bonté divine…
Pendant la conférence de presse d’Electronic Arts à l’E3, l’éditeur a annoncé que Faith -la protagoniste de l’histoire- « n’as pas besoin d’armes ». Toutefois, ils nous laissaient dans le doute. Elle n’a peut-être pas besoin de ces armes, mais est-ce que les gunfights dans Mirror’s Edge 2008 étaient aussi inutiles? Ridicules? Absurdes? A tel point qu’ils pourraient entacher le message philosophique que veut faire passer le jeu?

La réponse, n’en déplaise à certain, est non. Nos confrères de Kotaku ont pu discuter avec Sara Jansson, Productrice Senior de Polygon qui leur a dit:

« Dans Mirror’s Edge Catalyst, vous n’utiliserez absolument aucune arme. Nous avons complètement retiré ce type de gameplay de notre jeu. Vous ne pourrez même pas les ramasser. »

Ce coup-ci, le combat c’est du mouvement, du « flow ». Si vous gardez le rythme et enchaînez plusieurs mouvements, Faith deviendra en fait invulnérable aux balles… C’est un peu comme du rap en freestyle, sauf qu’en vrai les balles bah ça vous tue, donc en fait non c’est pas du tout comme du rap en freestyle, oubliez.

En tout cas, c’est une approche au combat très intéressante qu’offrirai Catalyst, ce qui pourrait encourager les joueurs à arrêter de fuir, courir, et affronter les flics qui leur courent après. Donc oui, plus de flingues mais au moins ils ont réussi à bien amener la chose, en théorie.

Plus d’infos viendront d’ici les prochains jours!