fbpx
Culture
Partager sur

Metal Gear Solid V: Une mise à jour n’éclipsera pas la dérive de Konami !

Partager sur Facebook

Si cette " amélioration " peut être bien vue par beaucoup de fans de Metal Gear Solid V, elle ne changera pas l'image qu'ont beaucoup de joueurs de Konami

Metal Gear Solid V voit débarquer un nouveau patch graphique, qui concerne plus particulièrement la PS4 Pro.

 

Metal Gear Solid V est agrémenté d’un nouveau patch graphique

 

La société de développement et d’édition de jeux vidéos Konami a déployé un nouveau patch pour le dernier opus de Metal Gear Solid. Rien n’est apparemment destiné au scénario ou au gameplay, mais plutôt aux graphismes du jeu.

Comme l’explique l’entreprise nippone: « Si vous disposez d’une PS4 Pro et d’un écran 4K, vous pouvez dès maintenant profiter de Metal Gear Solid V avec une résolution plus élevée et un framerate plus stable. ». Pour les autres, qui disposerait d’un écran 1080p, « vous apprécierez toujours les performances améliorées grâce au patch d’aujourd’hui. ».

 

Projets avortés, ou inachevés

 

Ce qui serait appréciable, c’est que Konami arrête de frustrer certains développeurs et pas mal de joueurs. Car si Metal Gear Solid est en soi un bon jeu, beaucoup d’événements autour de sa sortie sont moins jolis.

Quand on entendait que Hideo Kojima, créateur de la licence, allait s’attaquer à un 5è opus de Metal Gear Solid, on avait des étoiles dans les yeux. En même temps, une démo intitulé P.T sortait sur PS4, était en fait un trailer jouable d’un futur Silent Hill. Ce dernier annonçait donc de grandes heures de bon jeu. Cerise sur le gâteau, Kojima s’en occupait, épaulé par Guillermo Del Toro (Le labyrinthe de Pan), et Norman Reedus (Daryl Dixon dans The Walking Dead).

Si tout va pour le mieux dans meilleur du monde, la suite a de quoi être très brutal. En un clin d’oeil, la démo de Silent Hill est enlevée du PS Store. Konami le confirme, le projet est avorté. De plus, sur le titre de Metal Gear Solid V ne figurera plus le nom de Kojima. Et en 2015, année qui voit le jeu sortir, son créateur initial quitte l’entreprise.

On se dit alors qu’il est compliqué de faire pire. C’est à ce moment donc que Konami balance la sauce, et stoppe le développement des jeux vidéos pour favoriser les Pachinko, machines à sous très populaires au Japon. L’explication: développer de bons jeux coûte plus cher et peut rapporter moins. Voir ses classiques préférés se transformer en simple jeux d’argent est donc déjà frustrant.

Mais le sort réservé aux salariés dépasse le stade de l’insulte.

 

Le grand coup de poing au ventre réservé aux employés de Konami

 

Tout d’abord, quoi de mieux pour remercier Hideo Kojima, que de changer le nom de son studio emblématique en “ Département de production n°8 ”, selon un article du journal japonais Nikkei. Un peu vache pour quelqu’un qui a contribué largement au succès d’une entreprise, non? Selon le même article, les salariés de Konami ont pu aussi être bien épiés, en partie sur les réseaux sociaux.

Mais l’humiliation n’est pas encore assez forte. Des développeurs, considérés comme inutiles, auraient donc été reconduits à des postes qui n’ont rien à voir avec leur métier. Certains ont donc fini comme agent d’entretien ou réparateurs de pièces de Pachinko.

La séparation brutale entre Konami et les jeux vidéos est implicitement déclarée. Un patch pour jouer en 4K ne changera rien. Si certains s’en délectent (et tant mieux pour eux), d’autres veulent simplement qu’on arrête de se foutre de leur gueule pour dégager un meilleur bilan annuel.

Pour plus d’informations, voici un excellent dossier détaillé des confrères de lightningamer. Il s’intitule, « Konami ou la chute d’une étoile ».