fbpx
Culture
Partager sur

Jeux-vidéo: Kayane, joueuse professionnelle et animatrice Game One, souhaite que sa passion soit reconnue

Jeux-vidéo-Kayane-joueuse-professionnelle-et-animatrice-Game-One-souhaite-que-sa-passion-soit-reconnue

Kayane, joueuse professionnelle et animatrice sur Game One, souhaite que sa passion soit "reconnue par le plus grand nombre". Des propos recueillis par le gouvernement, qui s'intéresse davantage à ce sport méconnu qu'est le jeu vidéo

Lors d’une interview accordée vendredi au service presse du Gouvernement français, Kayane, joueuse professionnelle et animatrice sur Game One, a confié qu’elle et les gamers (= joueurs) souhaitent que « leur passion soit reconnue par le plus grand nombre ».  Le plus curieux, c’est que ce portait a été réalisé par l’État, qui semble s’intéresser davantage depuis plusieurs mois à cet art méconnu qu’est le jeu vidéo.

Pour Kayane, les jeux-vidéo sont « un sport à part entière »

Kayane est âgée d’à peine 24 ans, et pourtant elle se voit déjà comme une « vieille » joueuse professionnelle. Forte de 42 podiums remportés depuis l’âge de ses 9 ans dans le jeu vidéo compétitif (eSport) et d’un Guiness Book Record, Kayane souhaite faire découvrir sa passion « au plus large public et la faire reconnaître comme un sport à part entière ». Ayant joué en compétitions depuis sa jeunesse, l’eSportive a tout de même gardé les pieds sur terre. Pour elle, hors de question de se lancer à temps plein dans les tournois internationaux sans avoir terminé ses études.
« Je sais que la carrière d’un joueur professionnel est courte, on ne sait jamais de quoi est fait le lendemain. On se retrouve toujours à un moment donné face à des adversaires plus forts. J’ai voulu garder une roue de secours et donc j’ai décidé de continuer mes études »

L’eSport encore trop peu connu en France

Bien que les créateurs de vidéo sur YouTube parviennent à vivre de leurs créations, avec des moyens qui dérangent l’État, il est très difficile pour les joueurs professionnels d’obtenir un statut d’athlète, et donc de vivre de leur activité. C’est ce que dénonce Kayane:
« C’est très dur en France, surtout dans ma discipline, le jeu de combat. Il n’y a pas beaucoup de cash price -argent à gagner, ndlr-, car la discipline vient du Japon où c’est l’honneur avant tout. C’est très mal vu là-bas de vivre du jeu vidéo. (…) Finalement, on progresse dans l’eSport grâce aux autres, en se remettant en cause, grâce à l’esprit d’équipe: autant de valeurs que l’on retrouve dans le sport de haut niveau».

Bien que l’eSport soit encore trop peu connu en France, l’Assemblée Nationale a néanmoins pris connaissance des compétitions de jeux-vidéo qui pouvaient être organisées. D’ailleurs, après qu’Axelle Lemaire ait officiellement reconnue l’eSport comme discipline sportive, le Gouvernement a décidé de mettre à jour la plupart de ses textes de Loi afin de permettre de nouvelles libertés dans cette République Numérique.

Source: Site officiel du Gouvernement
Crédit photo: Gouvernement.fr