fbpx
Culture
Partager sur

Fortnite: un célèbre joueur pro de 9 ans banni pendant 4 ans !

Fortnite: un célèbre joueur pro de 9 ans banni pendant 4 ans !

Fortnite a plutôt la cote pendant la période de confinement. Pourtant, un joueur pro de 9 ans a été banni... Et ce pour une période de 4 ans !

Un jeune joueur de Fortnite vient de se faire bannir de la plateforme. Et ce dernier ne risque pas d’y remettre les pieds avant 4 bonnes années… MCE TV vous dit tout de A à Z.

Un garçon de 9 ans, banni de Fortnite ? C’est la nouvelle qui affole la Toile et les Twittos.

Zenon, un jeune joueur brésilien, connu pour avoir participé à un tournoi, s’est alors fait « ban » du jeu. Et ce, pour une période dérisoire de 1500 jours !

La raison de son exclusion : son âge. Zenon a donc subi le joug des autorités de Fortnite, et ce, malgré ses prouesses en termes de jeu.

En effet, pour participer à un match de l’open sur Fortnite, un joueur doit avoir au préalable plus de 13 ans. Puis, de l’autorisation de ses parents, pardi.

Ceci dit, ces règles sont plutôt contradictoires avec l’essence-même du jeu. Eh oui, la plupart des joueurs n’a même pas 13 ans.

"<yoastmark

Fortnite bannit un joueur de 9 ans: la Toile s’insurge

Si Zenon a bel et bien menti sur son âge pour jouer en compétition, il n’est pourtant pas le seul de son âge à jouer à ce jeu de Battle Royale. Cela étant dit, telles sont les règles sur Fortnite.

« Pourquoi créer un jeu qui s’adresse aux enfants si on ne les autorise pas à jouer », se questionne alors le YouTubeur FaZe Banks, cité par Numérama. Ce dernier se retrouve bouleversé par le fait que Fortnite « ne laisse pas l’enfant jouer ».

Pour le très renommé Ninja, Fortnite n’a fait que son boulot. Mais la sanction est d’après lui un peu trop dure, car ce jeune joueur brésilien reste exclu de tous les autres modes du jeu.

« À moins que les arènes commencent à offrir de l’argent, il n’y a aucune raison de bannir Zenon jusqu’à ses 13 ans », a-t-il dit. « Il ne devrait pas être banni des autres modes de Fortnite », conclut-il.

Sur Twitter, le garçonnet a même eu droit à son propre hashtag, #FreeZenon.