fbpx
Culture
Partager sur

CrossFire est le FPS Free2Play le plus rentable de l’année 2016

2016 était une grande année les jeux en ligne gratuits. Une étude de Superdata Research révèle que le FPS CrossFire est le plus rentable de l'année

Colossal. C’est le seul mot qui peut décrire le profit engendré par le FPS massivement multijoueur en ligne (MMOFPS) CrossFire. Basé sur le système Free2Play (gratuit à jouer), le jeu possède un système économique bien différent des Pay2Play (payer pour jouer). Mais celui-ci s’avère être très lucratif, puisque qu’une étude de Superdata Research, relayée par Digital Trends, révèle que le MMOFPS a généré plus d’un milliard de dollars de recettes. Une réussite pour Tencent, l’éditeur, et Smilegate (le développeur du jeu).

CrossFire : un jeu au succès mondial

Tout d’abord, qu’est-ce que CrossFire ? C’est un jeu de tir à la première personne (FPS) développé par Smilegate et édité par Tencent Games. Le jeu est divisé en plusieurs versions, selon les régions. Ainsi on trouve CrossFire Amérique du Nord et Brésil (publiés par Z8Games), CrossFire Europe (via Gamerage), Chine, Corée, Vietnam etc. Ainsi, le jeu a une popularité mondiale, et est connu de tout joueur de FPS sur PC. Selon une étude publiée par Superdata Research, on apprend que le jeu a généré pas moins d’1,1 milliard de dollars de profit. Ce qui le place en troisième position des Free2Play en 2016, derrière Dungeon Fighter Challenge (RPG) et l’indétrônable League Of Legends (MOBA). CrossFire est donc le FPS Free2Play le plus rentable de l’année 2016. Comme il l’a été en 2015 (1,100 milliards de dollars), et en 2014 (957 millions de dollars).

CrossFire est le 3ème jeu Free2Play à générer autant de recettes, tous genres confondus.
CrossFire est le 3ème jeu Free2Play à générer autant de recettes, tous genres confondus.

Le Free2Play : un modèle économique spécial

Il existe deux catégories de jeux : les Pay2Play, qui nécessite l’achat du jeu pour jouer, et les Free2Play, gratuits à télécharger et jouer mais comportant beaucoup de micro-transactions. Contrairement aux idées reçues, beaucoup de Pay2Play ont aussi des micro-transactions, comme Black Ops 3 et son marché noir ou encore Rocket League (pour ne citer qu’eux). Mais il ne s’agit que d’objets cosmétiques, ou de progressions accélérées, que du facultatif donc.

Au contraire les Free2Play en sont extrêmement dépendants. Pour qu’un éditeur maintienne un jeu (gratuit) en ligne, il faut que celui-ci soit profitable. La grande majorité des objets in-game seront payants (avec de l’argent réel). C’est le cas de CrossFire, jeu bourré de micro-transactions pour acheter armes, personnages et objets. Comme Black Ops 3, et beaucoup d’autres Free2Play, CrossFire possède un système de Capsule Shop. Système similaire à une machine à sous, les joueurs peuvent dépenser d’énormes quantités d’argent dans l’espoir de gagner un objet rare.

Particulièrement populaires en Asie, les Free2Play comme CrossFire font donc fortune dans ces régions. Les items payants disponibles dans le jeu sont d’ailleurs très inspirés par ces différentes cultures, allant des personnages aux skins d’armes. Aujourd’hui, l’éditeur continue d’ajouter du nouveau contenu dans chacune de ses versions tous les mois via des patches. Avec toutefois très peu de contenu gratuit. Ce qui a tendance à exaspérer les communautés de joueurs.

Et vous, avez-vous joué à CrossFire ? Vous pouvez toujours l’essayer en suivant ce lien !