Culture
Partager sur

Battlefield 5: découvrez « Sous aucun drapeau », l’un des récits de guerre du jeu

Battlefield 5: découvrez
Partager
Partager sur Facebook

Battlefield 5 proposera un mode solo dans le même genre que Battlefield 1. Les joueurs découvriront des récits "méconnus" de la Seconde Guerre Mondiale.

Battlefield 5 débarque dans moins d’un mois sur PC et consoles. Le jeu proposera un mode solo dans le même genre que Battlefield 1. Les joueurs découvriront des récits « méconnus » de la Seconde Guerre Mondiale… En incarnant divers personnages, et en vivant la guerre depuis leur perspective. Parmi ces récits, Sous aucun drapeau, qui envoie les joueurs derrière les lignes ennemies. Et là, ça va péter mon colonel !

Battlefield 5 : Sous aucun drapeau

Tout d’abord, intéressons-nous au récit de guerre Sous aucun drapeau. Car, tout comme BF1, Battlefield 5 n’est pas qu’un ensemble d’expériences multijoueur. C’est aussi une anthologie de récits de guerre en mode solo, qui explorent le plus grand conflit de l’Histoire et mettent en avant le sacrifice des hommes. Une expérience très intéressante pour la Grande Guerre. Mais DICE pourront-ils produire des récits tout aussi intéressants ? Pour le savoir, jetons un oeil à l’un d’entre eux.

Dans Sous aucun drapeau, le joueur va rejoindre une bande de lascars menant une guerre peu conventionnelle à plus de 800 km derrière les lignes ennemies.

Sous aucun drapeau s’inspire des opérations du Special Boat Section britannique. Ou SBS (à ne pas confondre avec le fameux Special Air Service). Le SBS était une unité de forces spéciales auxiliaire chargée d’accomplir certaines des missions les plus risquées de la Seconde Guerre mondiale.

Pour atteindre ses objectifs, le SBS cherchait des agents avec la tête sur les épaules et qui ne perdaient pas de temps à attendre les ordres. C’étaient des hommes comme le personnage fictif Billy Bridger, emprisonné à Londres puis sélectionné pour saboter une base de la Luftwaffe.

Battlefield 5 : une guerre clandestine

Eric Holmes, directeur de conception des récits de guerre, parle, dans cet article, de ce récit. « Ce genre de personnes trouvaient un foyer dans ces unités spéciales qui enrôlaient des brigands. Des meurtriers et des hors-la-loi. Des gens qui luttaient dans les régiments conventionnels… Avant de trouver leur place dans une unité qui récompensait ceux qui pensaient par eux-mêmes. »

Voici les personnages mis en avant dans cette histoire.

  • Bridger compense son manque d’expérience militaire par son courage, sa détermination et sa maîtrise de la nitroglycérine. En d’autres termes, faire exploser des choses, c’est son truc.
  • George Mason est l’officier britannique qui extirpe Bridger de sa prison et l’enrôle dans le SBS. Malgré quelques doutes vis-à-vis de sa nouvelle recrue, cet homme sarcastique et prévoyant emporte Bridger avec lui.
  • Pelle Hallert, directeur des cinématiques chez DICE, a tourné les scènes de Sous aucun drapeau de sorte qu’elles soulignent la relation dynamique qui unit les deux personnages, tandis que Bridger lutte pour la rédemption et pour l’estime de lui-même. Y compris quand la situation dégénère.

« Les dialogues et les séquences entre ces deux personnages, quand ils se chamaillent et se disputent, dépeignent une histoire légère et sympathique. Leur relation a quelque chose de très British », ajoute Hallert.

Battlefield 5 : sabotez à votre façon

Maintenant, intéressons-nous au gameplay de ce récit. Dans Sous aucun drapeau, vous pouvez toujours choisir comment contrecarrer les opérations de la Luftwaffe dans le désert. Un bon saboteur ne reste jamais au même endroit. Il possède du matériel pour causer d’énormes dégâts et fonce d’un objectif à un autre. Petit conseil, essayez de jouer avec la polyvalence et la puissance de feu de la classe Assaut. DICE recommande aux joueurs : « trouver des moyens d’éliminer les ennemis. Détruisez les avions sur les pistes ou les ressources, puis disparaissez ». En gros, filez avant que quelqu’un se rende compte que toute la base va être anéantie. Car les allemands risquent de ne pas trop apprécier.

Vous transporterez tellement d’explosifs qu’il sera difficile de rester discret, alors frappez en premier. Déplacez-vous dans la boue et parmi les falaises, frayez-vous un chemin à coups d’explosions entre les carcasses des aéronefs. Puis, détruisez les précieux avions de l’ennemi, ainsi que ses ressources. La force brute n’est qu’une option parmi d’autres pour résoudre les problèmes. La débrouillardise est une vertu quand vous êtes confronté à la Luftwaffe. Trompez l’ennemi. Si vous en avez dans le froc, vous pouvez tenter de voler des bombardiers Stuka et de les utiliser contre les allemands. Bon ça, en revanche, reste entre nous !

Mais n’oubliez pas : vous êtes ce bon à rien de Billy Bridger et c’est votre dernière chance de faire vos preuves. Ne faites pas échouer votre sabotage en signalant votre présence à toute la base. On n’est pas dans Wolfenstein ! Si les Allemands utilisent leur radio, vous devrez faire face à une vague de renforts composée de véhicules et de soldats pas contents du tout. Et là, même le plus expérimenté des joueurs Battlefield aura du mal.

Une narration revue pour les récits de Battlefield 5

Ces fronts inexplorés prennent vie grâce au gameplay typiquement Battlefield, que les joueur ont pu vivre dans BF1. Mais pas seulement, car il y a aussi tout ce qui est cinématiques et narration. Pelle Hallert, directeur des cinématiques chez DICE, expliqué avoir puisé son inspiration dans la dimension méconnue et jamais racontée des récits de guerre. Une façon, certainement, de pouvoir prendre certaines libertés créatives. Selon lui, et il en est sûr, les joueurs se lanceront dans la campagne « pour le gameplay, mais ils resteront pour les personnages ». « Nous n’avons pas peur de traiter des sujets délicats. De mon point de vue, c’est notre point fort. On ose faire des choses, en montrant la guerre depuis des angles jamais vus. » conclut-il.

Battlefield 5 propose des histoires « moins connues »

D’après Eric Holmes, DICE a fait en sorte que la campagne de Battlefield 5 apporte « quelque chose de nouveau en évitant de dépeindre les événements les plus connus de la Seconde Guerre mondiale ». On apprend dans cette interview que DICE a fait un choix curieux, et risqué. Les développeurs ont tout simplement tiré un trait sur certains épisodes célèbres de la guerre, pour « privilégier des dimensions moins connues, mais tout aussi importantes du conflit ».

Eric Holmes ajoute : « Nous avons dû mener de nombreuses recherches pour trouver des lieux et des choses que nous ne connaissions pas et qui nous ont marqués quand nous les avons découverts. Nous avions décidé qu’avec les récits de guerre, les joueurs devaient être transportés dans des lieux jamais vus… Ou qu’ils devaient incarner des personnages dont ils n’ont jamais entendu parler. »

Il ajoute que l’équipe a tout fait pour éviter les éléments trop familiers. Ainsi, dans Sous aucun drapeau, l’histoire se concentre sur le Special Boat Section, relativement méconnu… Et non pas sur le fameux Special Air Service, souvent représenté dans la culture populaire. « Ce qui intéressait l’équipe, c’était de représenter l’étendue de la Seconde Guerre mondiale. Pas simplement proposer quelque chose de différent. L’objectif de l’équipe était de dépeindre cette période dans la campagne solo à travers différentes voix, différentes nationalités et différentes aventures… Menant à des combats peu connus. Ajoute-t-il.

Mais cela sera t-il suffisant pour réellement embarquer les joueurs ? Et leur faire oublier certains détails, notamment en multijoueurs ? Celui-ci a été vivement critiqué par la communauté en raison de certaines libertés prises par les développeurs. C’est également l’une des raisons pour lesquelles Battlefield 5 a été retardé. Réponse, dès le 20 novembre !