fbpx
Culture
Partager sur

Battlefield 5: une campagne solo plus aboutie sur PC, Xbox One et PS4

Battlefield 5: une campagne solo plus aboutie sur PC, Xbox One et PS4
Partager
Partager sur Facebook

Battlefield 5 proposera un mode solo dans le même genre que Battlefield 1. DICE déploie les grands moyens pour créer des histoires encore plus dramatiques !

Battlefield 5 débarque dans moins d’un mois sur PC et consoles. Le jeu proposera un mode solo dans le même genre que Battlefield 1. Les joueurs découvriront des récits « méconnus » de la Seconde Guerre Mondiale… En incarnant divers personnages, et en vivant la guerre depuis leur perspective. Cette année, force est de constater que DICE a vraiment déployé les grands moyens pour créer des histoires plus profondes. Comme à chaque fois, c’est toute une armée d’acteurs, d’animateurs et développeurs qui travaillent sur le titre. Faisons le tour des nouveautés de la campagne solo de Battlefield 5.

Les récits de guerre de Battlefield 5

Tout d’abord, intéressons-nous aux récits de guerre. Une partie du voyage de Battlefield 5 se vit à travers une anthologie d’aventures jouables en solo. Ce sont des histoires « méconnues, inattendues et dramatiques » inspirées de lieux et d’événements réels et racontées par des personnes confrontées au conflit mondial.

Avec les récits de guerre, les joueurs pourront vivre des instants typiquement Battlefield et exploitez les mécaniques bac à sable de la série. Comme par exemple la destruction, qui fait la renommée de la licence, les armes et les véhicules pour survivre.

Chaque récit de guerre vous fait découvrir un théâtre différent de la guerre. Voici ceux qui seront disponibles dès la sortie et juste après :

  • Prologue : une introduction au monde de Battlefield 5.
  • Nordlys : L’histoire se déroule en Norvège, occupée depuis le début de la guerre. Incarnez une jeune résistante qui lève le voile sur de terribles machinations alors qu’elle tente de sauver un membre disparu. Elle se battra non seulement pour la libération de son pays, mais aussi pour la survie de sa famille.
  • Sous aucun drapeau : Une histoire sur le courage, la détermination et les secondes chances. Vous incarnez Billy Bridger, un criminel extirpé de sa prison londonienne pour expier ses fautes au sein de l’unité du Special Boat Section. Il compense son manque d’expérience par sa persévérance à toute épreuve.
  • Tirailleur : Participez à des combats d’infanterie de haute volée. Battez-vous aux côtés de soldats sénégalais des forces coloniales françaises et libérez une patrie qu’ils n’ont jamais vue.
  • Le Dernier tigre (sortira en décembre) : Au crépuscule de la Seconde Guerre mondiale, l’armée allemande sombre dans le chaos. Sous le commandement d’un vétéran, l’équipage isolé d’un char Tigre commence à remettre en question l’idéologie qui l’a conduit jusque là.

Battlefield 5 propose des histoires « moins connues »

D’après Eric Holmes, DICE a fait en sorte que la campagne de Battlefield 5 apporte « quelque chose de nouveau en évitant de dépeindre les événements les plus connus de la Seconde Guerre mondiale ». On apprend dans cette interview que DICE a fait un choix curieux, et risqué. Les développeurs ont tout simplement tiré un trait sur certains épisodes célèbres de la guerre, pour « privilégier des dimensions moins connues, mais tout aussi importantes du conflit ». Comme celui de la production d’eau lourde, et la résistance norvégienne. Jusque là, seul Medal of Honor avait touché du doigt cette partie de l’histoire dans ses jeux sur PlayStation 1. De quoi intéresser, peut-être, les joueurs à l’histoire.

Eric Holmes ajoute : « Nous avons dû mener de nombreuses recherches pour trouver des lieux et des choses que nous ne connaissions pas et qui nous ont marqués quand nous les avons découverts. Nous avions décidé qu’avec les récits de guerre, les joueurs devaient être transportés dans des lieux jamais vus… Ou qu’ils devaient incarner des personnages dont ils n’ont jamais entendu parler. »

Il ajoute que l’équipe a tout fait pour éviter les éléments trop familiers. Ainsi, dans Sous aucun drapeau, l’histoire se concentre sur le Special Boat Section, relativement méconnu… Et non pas sur le fameux Special Air Service, souvent représenté dans la culture populaire. « Ce qui intéressait l’équipe, c’était de représenter l’étendue de la Seconde Guerre mondiale. Pas simplement proposer quelque chose de différent. L’objectif de l’équipe était de dépeindre cette période dans la campagne solo à travers différentes voix, différentes nationalités et différentes aventures… Menant à des combats peu connus. Ajoute-t-il.

Une narration revue pour les récits de Battlefield 5

Ces fronts inexplorés prennent vie grâce au gameplay typiquement Battlefield, que les joueur ont pu vivre dans BF1. Mais pas seulement, car il y a aussi tout ce qui est cinématiques et narration. Pelle Hallert, directeur des cinématiques chez DICE, expliqué avoir puisé son inspiration dans la dimension méconnue et jamais racontée des récits de guerre. Une façon, certainement, de pouvoir prendre certaines libertés créatives. Selon lui, et il en est sûr, les joueurs se lanceront dans la campagne « pour le gameplay, mais ils resteront pour les personnages ». « Nous n’avons pas peur de traiter des sujets délicats. De mon point de vue, c’est notre point fort. On ose faire des choses, en montrant la guerre depuis des angles jamais vus. »

Incorporer une campagne solo dans un jeu multijoueur

L’essence de Battlefield, c’est son gameplay. Vous vous plongez dans un « bac à sable » plein d’armes, de véhicules et de destruction pour vous débarrasser de vos ennemis. Avec les récits de guerre, DICE mêle une narration linéaire à un gameplay plutôt riche en possibilités.

« La liberté d’action réside dans la possibilité de choisir comment gérer et surmonter les obstacles », explique Holmes.

Le studio de capture de mouvement de Goodbye Kansas Studios, dans la ville suédoise d'Uppsala, pendant le développement de Sous aucun drapeau. (Photo : EA / Pelle Hallert)

Comme les récits de guerre ont des styles variés et mobilisent des personnages différents, les joueurs devront exploiter les différentes classes de Battlefield 5. Notamment pour gérer les diverses situations de la campagne, qui mettent en avant les avantages de classes particulières. Par exemple, Nordlys encourage les approches qui favorisent la classe Éclaireur. Dans Tirailleur, vous viendrez plus facilement à bout des ennemis si vous jouez avec l’esprit d’un Soutien.

« C’est une manière subtile d’aider les joueurs à s’habituer à différents éléments du jeu avant qu’ils se lancent dans le multijoueur. Et si au passage, ils apprennent des choses peu connues sur la Seconde Guerre mondiale, c’est tout aussi bien », conclut Holmes.

Battlefield 5 : une production digne d’Hollywood

Le comédien Mark Strong (Mindscape, Imitation Game, 6 days…) a prêté sa voix pour le prologue de Récits de guerre et la bande-annonce du jeu. Et ce, « afin de donner le ton de Battlefield 5 et de réunir les différents théâtres dans une expérience humaine commune » explique EA sur son site internet..

Strong, qui a travaillé pour le cinéma et le jeu vidéo, s’est dit fasciné par la portée émotionnelle des récits de guerre. « Les récits essaient de créer une émotion chez le joueur et le spectateur… De les faire réfléchir sur l’image qu’ils ont de la guerre, son impact sur les gens et sa signification. Mais d’un point de vue du gameplay, ils véhiculent tout de même des sensations fortes et un sentiment d’excitation et de danger ». L’acteur ajoute « Les récits illustrent également les horreurs de la guerre, le carnage, la dévastation et les traumatismes qu’elle provoque, mais aussi l’espoir qui peut en émerger. »

La Seconde Guerre mondiale en perspective

« Les récits de guerre… Reposent sur un sentiment de complexité et montrent des hommes confrontés aux événements épiques du conflit. Des événements sur lesquels vous n’auriez eu aucun contrôle si vous vous battiez à l’époque », commente Holmes. Et d’ajouter « Mais vous aviez une vie à mener, et peut-être des rêves, des ambitions ou des problèmes que vous vouliez essayer de surmonter. C’est quelque chose que les récits de guerre illustrent étonnamment bien. »

Ces expériences ont pour but de raconter la Seconde Guerre mondiale par le biais de témoignages directs. En particulier via des personnes prises au piège dans un vaste conflit. DICE reprend tout ce qui a marché dans Battlefield 1, et étoffe avec BF5. De ce fait, ne vous attendez pas à incarner des superhéros qui vont renverser le fascisme et sauver le monde à eux seuls. On n’est pas dans un Wolfenstein à contrôler un B.J Blazkowicz bien vénère, qui pète du nazi par millions. Vous découvrirez plutôt ce que ça faisait d’essayer de vivre une vie normale chamboulée par des situations inimaginables.

Mais cela sera t-il suffisant pour réellement embarquer les joueurs ? Et leur faire oublier certains détails, notamment en multijoueurs ? Celui-ci a été vivement critiqué par la communauté en raison de certaines libertés prises par les développeurs. C’est également l’une des raisons pour lesquelles Battlefield 5 a été retardé. Réponse, dès le 20 novembre !

Sources : Eurogamer, Gamewave, Battlefield, jeuxvideo.com