Culture
Partager sur

Far Cry 4 : l’affiche accusée de racisme

Far Cry 4 : l’affiche accusée de racisme
Partage
Partager sur Facebook

Dévoilé il y a quelques jours, Far Cry 4 est déjà sous le feu des critiques : certains internautes ont accusé la première affiche du jeu d'être raciste

Far Cry 4, le 4ème volet de la célèbre saga de FPS vient d’être révélé et est déjà accusé de racisme. Il y a quelques jours, Ubisoft dévoilait une première affiche du jeu ainsi que quelques détails sur l’univers, le background et les ambitions du titre.

C’est justement de cette première image fraîchement publiée qu’il est question : elle représente un homme blanc et blanc vêtu d’un magnifique costard rose, assis sur une statue, en train de soumettre un soldat d’origine asiatique et basané, qui se trouve à genoux, un grenade entre ses mains.

C’est cette posture qui a conduit quelques internautes à taxer le nouvel opus de la franchise de raciste, parce qu’il montrerait un homme blanc en train d’asservir un homme d’une autre ethnie.

Le directeur créatif de Far Cry 4 réagit et clos le débat

Accusation plus que douteuses qui a poussé Alex Hutchinson, le directeur créatif de Far Cry 4 à clarifier les choses sur son compte Twitter : Juste pour que ce soit clair pour ceux qui tirent des conclusions hâtives : Il n’est pas blanc, et ce n’est pas le joueur. Voilà ça au moins c’est dit.

La cruauté du despote évoquée dans cette affiche

D’autre part, les joueurs avertis auront remarqué que dans les premières révélations sur le titre communiquées par Ubisoft, l’univers et le grand méchant étaient évoqués : Kyrat est une région sauvage et périlleuse située dans les montagnes de l’Himalaya, et sous le joug d’un despote autoproclamé roi.

Les internautes ont donc sur-réagi sans réfléchir (une fois de plus), puisque tout le monde comprendra bien dans cette affiche que c’est le méchant de Far Cry 4 qui a asservi tout une région fictive.

La licence Far Cry, attaquée pour la deuxième fois

Far Cry 4 n’est pas le premier jeu de la licence à être accusé de la sorte : le précédent opus, Far Cry 3, qui avait marqué le renouveau de la licence avec un titre novateur et jouissif avait été accusé d’être un jeu colonialiste.

Source : Le Journal du Gamer