fbpx
Culture
Partager sur

Evolve : notre avis après 3 jours de bêta ouverte

Evolve : notre avis après 3 jours de bêta ouverte

Nous avons pu tester Evolve pendant les trois jours de bêta ouverte sur Xbox One. Voici nos impressions sur ce FPS coopératif féroce au gameplay novateur

Trois petits jours, trois courtes soirées, trois nuits courtes pour mettre la main sur l’un des jeux les plus attendus de l’année. Nous avons, comme beaucoup de joueurs, participé à la phase de bêta ouverte du jeu Evolve qui s’est déroulée du 17 au 19 janvier sur Xbox One (sur PS4 et PC, elle était plus limitée). Trois jours c’est court quand on est pris par le jeu et qu’on est fan du genre : les FPS Coopératif. Développé par Turtle Rock (studio à l’origine de l’excellent Left 4 Dead), Evolve se décrivait dès ses premières apparitions en salon comme un jeu au gameplay révolutionnaire. Ce qu’il y a de révolutionnaire c’est qu’il mêle un peu de tous ce qui fait le succès de plusieurs genres de jeux vidéo.

Quatre chasseur sur les traces d’un monstre féroce

Evolve est un jeu First Person Shooter multijoueur coopératif asymétrique. Derrière cette qualification à rallonge se cache une règle simple : quatre joueurs jouent en coopération pour affronter un autre seul. Les membres de l’équipe de quatre incarnent chacun une classe distincte : le Soigneur qui se chargera de redonner des PV à ses congénères, le Soutien qui renforcera leur armure, le Trappeur qui traquera l’adversaire ainsi que l’Assaut dont le rôle sera d’infliger un maximum de dégâts. Le joueur en face d’eux incarne une bête féroce et de grande taille qui devra tenter d’éliminer les quatre chasseurs avant que ce soit eux qui ne la tue. Le tout semble à première vue bien équilibré à condition que les chasseurs se coordonnent et jouent bien leur rôle différents.

Le monstre contrôlé par le joueur unique a trois stades d’évolution : pour les atteindre, il faudra qu’il dévore les créatures peuplant la carte à la taille plutôt correcte. Les joueurs devront donc traquer le monstre dès le début de la partie pour le tuer le plus rapidement possible avant qu’il n’atteigne son stade final, et qu’il soit plus difficile à tuer. Voilà donc le principe du jeu expliqué le plus simplement possible, les subtilité relevant des compétences des joueurs.

La coopération, composante indispensable au triomphe des chasseurs

Evolve offre un gameplay nerveux propre aux FPS tout en verticalité : les chasseurs sont équipés de jetpack leur permettant de faire des rush ou gravir les falaises jonchant la carte. Lorsque la partie commence, les chasseurs s’empressent de retrouver les empruntes du monstre ou utilisent les compétences de certaines classes (principalement le Trappeur) permettant de marquer la bête, de la piéger ou encore de la pister (à l’aide d’un familier par exemple). Une fois qu’ils croisent le monstre, chacun va devoir composer avec ses capacités de classe : si elle disposes chacune d’une arme permettant d’infliger des dégâts, toutes ne sont pas aussi efficaces. Le Soutien devra en priorité octroyer protection au joueurs attaqués, le Soigneur utilisera son arme de soin pour régénérer les points de vie des chasseurs atteints ou les ressusciter. Le Trappeur aura pour rôle de maintenir le monstre dans une zone restreinte, et de le ralentir pour permettre aux autres de le tuer.

Si elles constituent le repas de la bête – condition essentielle à son évolution – les créatures qui peuplent la planète Shear consisteront un défi pour les chasseurs aussi. Ils devront en tuer pour réduite le garde manger de la bête mais aussi pour obtenir des bonus. Enfin il existe des créatures plus féroces que d’autres qui pourront tuer nos joyeux chasseur tout autant que leur adversaire enragé. On prend rapidement le jeu en main et les rôles et capacités des classes apparaissent vite évidentes. Les traques trépidante aboutissent sur des combats rudes face au monstres où la coopération sera la condition sinequanone à la victoire.

Une campagne multijoueur évolutive

La bêta permettait de tester le simple mode chose décrit ci-dessus mais aussi le mode Évacuation qui constitue une sorte de campagne multijoueurs : les chasseurs affrontent la bête aux cours de 5 missions pour évacuer des colons. Chaque mission (chasse, destruction d’œufs, sauvetage de colons, défense de points stratégiques etc.) aura une influence sur le reste de la partie. Exemple : si vous perdez la première manche face au montre, la seconde partie sera perturbée par des chutes de débris de satellites, ou alors la carte sera enrichie en cadavres permettant à la bête de croître plus vite. Vous l’aurez compris, chaque partie d’Évacuation dans Evolve se veut différente, épique et exigeante.

Evolve fait du bien aux yeux

Enfin, niveau graphismes, Evolve n’a pas à se plaindre et il ne faut pas froncer les sourcils pour comprendre qu’on est bien sur next-gen : les textures sont majoritairement bien réussies, la jungle luxuriante et pleine de vie est crédible, le design des monstres et des chasseurs est réussi et les jeux de lumières sont à couper le souffle. Précisons que notre test a été effectué sur Xbox One.

Nous n’avons testé qu’une version bêta à laquelle pourront être apportées quelques modifications avant la sortie du titre le 10 février, mais déjà on sent tout le potentiel du gameplay qui promet des parties épiques. On y retrouve la réactivité d’un FPS, la tactique d’un MMORPG et l’envergure et la structure d’un MOBA : un jeu à essayer qui devra prouver son intérêt sur le long terme (quid de la possibilité d’en faire un titre eSport).