fbpx
Culture
Partager sur

La Reine des Neiges, un film « homosexuel et zoophile » selon un pasteur américain

La Reine des Neiges, un film « homosexuel et zoophile » selon un pasteur américain
Partager
Partager sur Facebook

La Reine des Neiges a rencontré un succès sans précédent. Et pourtant, certain qualifient le film de pro-homosexuel et de zoophile… Charmant !

Dès sa sortie sur grand écran, la Reine des Neiges a cartonné au box office et a conquis des millions de personnes à travers le monde. Le long-métrage d’animation des studios Disney s’est hissé au niveau du Roi Lion en terme de succès et a même écopé de l’oscar du meilleur film d’animation. Un succès planétaire et unanime… ou presque ! Car il semblerait que certaine personnes n’aient pas été sensibles au charme des deux soeurs Elsa et Anna. Au contraire ! Un pasteur américain considère même l’oeuvre de Disney comme un film pro-homosexuel à tendance zoophile…

Elsa, une lesbienne en plein coming-out

La Reine des Neiges est l’œuvre du diable. Kevin Swanson n’y est pas allé de main morte en qualifiant le dernier né des studios Disney. Ce pasteur américain à la tête d’une communauté religieuse intégriste a une idée bien arrêtée et bien farfelue sur le long-métrage : il ferait l’apologie de l’homosexualité ! Combien d’enfants sont traînés voir ces choses et combien de chrétiens les emmènent voir La Reine des neiges, produit par une organisation qui est probablement l’une des plus pro-homosexualité de notre pays ? a-t-il déclaré dans son émission de radio. Le Pasteur prend pour preuve la scène où la reine Elsa s’enfuit après avoir révélé ses pouvoirs. Pour lui, pas de doute possible : lorsque la jeune femme entonne « let it go » (libérée, délivrée) elle fait un coming-out. Le fait qu’elle accepte enfin de s’assumer et de ne plus mentir, symbolise sa sortie du placard. Autre point relevé par le pasteur : à la fin, Elsa ne termine avec aucun homme. Conclusion : elle est lesbienne. Si vous trouvez cette argument tiré par les cheveux, vous n’avez encore rien vu.

« Si j’étais le Diable, j’aurais acheté Disney en 1984. »

Car Kevin Swanson va encore plus loin et ose même parler… de zoophilie ! Non, vous ne rêvez pas ! Selon lui, Kristoff, le jeune homme qui accompagne Anna dans son aventure, entretiendrait avec son renne Sven une relation contre-nature : Je crois que ce petit film tout mignon va endoctriner mon enfant de 5 ans pour en faire une lesbienne, et traiter l’homosexualité et la bestialité de façon légère. Si j’étais le Diable, qu’est-ce que je ferais pour détruire un système social entier et faire quelque chose de vraiment très très maléfique sur les enfants de 5, 6, 7 ans des familles chrétiennes américaines ? Si j’étais le Diable, j’aurais acheté Disney en 1984, voilà.

Ironie du sort ? Kevin Swanson n’a jamais vu le film.

Photo DR

Sources : Aufeminin – Hitek