fbpx
Culture
Partager sur

Red Bull BC One : le breakdance français , 1er pas vers la victoire

Public survolté, jury pointilleux et échanges stylés, les qualifications françaises du Red Bull BC One ont donné un bel aperçu du niveau du championnat. Au terme de ce battle serré qui s’est tenu à Paris, c’est B-Boy Chakal (Bad Trip) qui décroche le titre. Il représentera la France aux qualifications européennes de Naples, aux côtés de son challenger Francklyn (Melting Force), l’autre surprise de la soirée

Le 10° anniversaire du Red Bull BC One, le championnat de danse hip-hop le plus important du circuit, s’annonce sous les meilleurs auspices. Ce soir, devant 500 personnes massées au Pan Piper (Paris XI), les Français ont donné un solide aperçu du niveau au terme d’un battle technique, serré et original. Mounir, actuel tenant du titre mondial, qui jugeait la compétition, confirme : « Dès le premier battle, le niveau était très élevé. On avait affaire à des danseurs physiques, investis et originaux. Tout allait très vite ! »

C’est rien de le dire : dès le premier round, les enchaînements impressionnants de Khalil, les phases inextricables de Martson, ou les échanges entre Dany et Chakal donnent le ton : il est question de musicalité et de technique, mais surtout d’échanges sans concession. « C’est même ce premier round qui a été le plus dur, indique le vainqueur Chakal. Le public l’a senti, les juges aussi. C’était puissant, rapide… ».

Sur le funk dansant de DJ Ben, Khalil, Tonio, Francklyn et Chakal font grimper la température en quart de finale. Le cypher brûle, le public aussi. La victoire se précise pour Chakal, mais Francklyn, qui déstabilise ses adversaires un par un, s’installe aussi parmi les favoris. Physique, technique, le plus jeune danseur de la compétition (17 ans !) est en effet la bonne surprise de la soirée : captivant le public à chaque passage, il vise lui aussi la finale. Le public hésite, soutient tantôt l’un tantôt l’autre, mais s’enflamme pour les deux.

Malgré les efforts de Khalil et Tonio, qu’ils rencontrent en demi-finale, les deux danseurs sortent à nouveau vainqueurs. Le public investit alors le cypher pour un battle libre, histoire de faire retomber la pression, et lorsque Chakal et Francklyn se saluent, toute la salle retient son souffle. Chakal attaque, mais Francklyn rentre dans son jeu, rapide et stylé : « Je l’ai senti monter en puissance tout au long du battle, explique Chakal. Je savais que cette finale serait tendue, il m’a fallu beaucoup d’endurance ». Sous les hurlements du public, Chakal l’emporte. « Chakal n’est pas que “technique”, analyse Junior, l’un des juges. Il possède une vraie originalité, une écriture personnelle ; il fait vibrer. C’est ce qui lui a permis de gagner ».

Les deux finalistes, Chakal et Francklyn, décrochent leur ticket pour les sélections européennes qui se tiendront à Naples le 14 septembre. Avec, dans le viseur, la finale internationale de Séoul. En brandissant son trophée au milieu d’un public qui l’entoure et l’acclame, Chakal exulte : « C’était dur, vraiment dur, mais c’est peut-être le début d’une grande histoire. Je vais désormais me concentrer sur l’étape européenne. Et… pourquoi pas sur la finale de Séoul ».

Communiqué