fbpx
Culture
Partager sur

Conjuring : une suite et un spin-off

Conjuring : une suite et un spin-off
Partager
Partager sur Facebook

Devant le succès de Conjuring, les producteurs ont décidé de mettre en marche une séquelle, mais aussi un spin-off centré sur la poupée Annabelle

Depuis les années 90 et le film Ça, la coulrophobie, ou peur des clowns, a connu une explosion. Aujourd’hui, c’est la pédiophobie, la peur des poupées, qui a le vent en poupe. Le responsable a un nom, James Wan, réalisateur du premier film Saw, d’Insidious et de Conjuring : Les Dossiers Warren. Une tendance qui n’est pas prêt d’aller en s’arrangeant. En effet, les producteurs viennent de confirmer que Conjuring aurait non seulement une suite (la nouvelle était connue) mais aussi un spin-off centré sur Annabelle, la petite poupée qui avait traumatisé bien des spectateurs. Celui-ci sera réalisé par John Leonetti, le directeur de la photographie de James Wan, qui avait déjà mis en scène l’excellent Mortal Kombat : Annihilation, véritable chef d’œuvre méconnu du 7ème art.

Retour de l’horreur au premier plan

Alors que le genre était tombé en désuétude dans les années 90, la faute à une recette éculée et à la baisse de forme des slashers, le nouveau millénaire a vu un retour au premier plan du film d’horreur. Marchant dans les traces du Projet Blair Witch, les producteurs n’ont pas mis longtemps pour flairer la bonne affaire. Des coûts souvent dérisoires, des recettes dopées par la nouveauté, et la création de franchises rapidement devenues des vaches à lait. La série des Paranormal Activity en est le meilleur exemple. Avec des budgets souvent inférieurs à un million, des décors uniques, et très peu de personnages, le temps de tournage s’en trouvait réduit, assurant un film par an, et un retour sur investissement garanti.

Dans le genre, le champion a pour nom Conjuring. Si les coûts de productions furent plutôt élevés (20 millions estimés) le retour fut plus que juteux, avec 320 millions de dollars de recette au box-office, pour le succès surprise de l’été dernier. La suite a bien sûr été mise en chantier dans la foulée. Ce qui est nouveau, c’est l’idée du spin-off. Gageons tout de même qu’en cas de résultat satisfaisant, cette anomalie pourrait rapidement devenir la nouvelle mode.