fbpx
Culture
Partager sur

Le chef d'oeuvre de Delacroix tagué au musée du Louvre-Lens

« La Liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix a été dégradé jeudi au musée du Louvre-Lens. Le musée du Louvre a porté plainte contre la visiteuse qui a écrit au marqueur sur la partie inférieur du tableau

Hier soir, peu avant la fermeture du musée du Louvre à Lens, une jeune femme de 28 ans a tagué, à l’aide d’un marqueur, le célèbre tableau d’Eugène Delacroix La Liberté guidant le peuple. La visiteuse aurait écrit sur la partie inférieure du tableau avant de se faire maîtriser par les services de sécurité du musée. Elle a été ensuite remise à la police et se trouve depuis en garde à vue. Selon les deux musées du Louvre, Lens et Paris, l’inscription devrait être nettoyable assez facilement. L’oeuvre devait être examinée hier soir par le département des peintures du musée du Louvre et une restauratrice spécialisée a été immédiatement dépêchée sur place, ont expliqué les représentants des musées. En fonction du diagnostic des spécialistes, la décision sera prise de déplacer ou non l’œuvre pour sa restauration.

« Une personne déséquilibrée »

Si la jeune femme n’est pas connue des services de police, c’est une personne plutôt déséquilibrée a expliqué à l’AFP le procureur de Béthune (Pas-de-Calais), Philippe Peyroux. Les faits sont établis mais il faut savoir quelles sont ses motivations, ainsi que le niveau de son équilibre ou de son déséquilibre. Sue le tableau la jeune femme aurait écrit «AE911», pouvant être considéré comme une référence à la thèse du complot concernant les attentats du 11 septembre 2001 à New York. Selon le musée l’incident ne remet pas en cause la volonté de faire partager à tous les chefs-d’oeuvre du Louvre à Lens, qui a déjà accueilli 205.000 visiteurs depuis son ouverture.

La Liberté guidant le peuple (1830) fait partie des peintures les plus connues d’Eugène Delacroix. Elle a quitté le musée du Louvre de Paris, le 4 décembre dernier, pour rejoindre celui de Lens, pour une durée d’un an.

B. D.

Photo DR @REUTERS/Pascal Rossignol