fbpx
Culture
Partager sur

Comment tuer son boss 2 : première bande-annonce

Comment tuer son boss 2 : première bande-annonce

Les affreux patrons sont de retour. Comment tuer son boss 2, prévu pour Noël, nous donne un premier aperçu des difficultés à venir dans cette première bande-annonce

Ils sont de retour. Et ils ne sont pas contents. Trois ans après les événements du premier opus, Kurt, Dale et Nick sont toujours aussi désespérés, et toujours aussi incompétents. Leur rêve de devenir leurs propres patrons est menacé par un investisseur véreux, joué par Christoph Waltz. Pour parvenir à s’en débarrasser, ils devront une nouvelle fois faire appel aux grands moyens. En l’occurrence, leur réponse à cette menace est un kidnapping. Avec les conséquences désastreuses dont on se doute. Sans trop en révéler sur l’intrigue en elle-même, cette première bande-annonce suffit à mettre l’eau à la bouche.

Prison, enlèvement et ralenti

Un teaser qui débute là où s’arrêtait le film précédent, du moins pour Kevin Spacey : en prison. On peut y constater que le patron de Nick ne semble pas avoir la rancune trop tenace, du moins lorsqu’il est séparé du trio par une vitre de plexiglas. Jennifer Aniston vient aussi faire une courte apparition, et n’a visiblement rien perdu de ses appétits charnels. Les répliques font toujours aussi mouche, et on a déjà hâte de voir comment ces anciens tortionnaires s’imbriqueront dans l’intrigue, au milieu des nouveaux personnages.

Au milieu de ces glorieux anciens, nous avons le plaisir de voir Christoph Waltz en fâcheuse posture dans un coffre de voiture, Chris Pine qui se la joue façon Le Loup de Wall Street, et nos trois héros testant la joie du ralenti à la Hollywoodienne. Mais avec les moyens du bord. Comment tuer son boss 2 semble en tout cas toujours aussi déjanté, et devrait pousser encore plus loin les idées entrevues dans le premier opus. Avec en plus Sean Anders, le scénariste des Miller, famille en herbe aux commandes, voilà de quoi donner une nouvelle bonne raison d’attendre Noël avec impatience, cette année.