Campus
Partager sur

Vie étudiante: Découvrez ce qu’il faut faire en cas de bizutage

Partage
Partager sur Facebook

Qui dit rentrée dit soirées étudiantes. Certaines peuvent dégénérer, comme le cas des soirées de bizutage... Que faire dans ce genre de cas de figure ?

La rentrée est signe de soirées étudiantes. En effet, lorsqu’elles restent bien gérées tout va bien. Cependant, certains étudiants continuent d’organiser des bizutages bien que celui-ci soit considéré comme un délit puni par la loi. Découvrez ce qu’il faut faire si vous vous retrouvez dans ce genre de situation.

Bizutage : Quels sont les gestes à faire?

Chaque années, plusieurs étudiants subissent un bizutage. Et plus que jamais en cette période de rentrée universitaire. En effet, c’est pourquoi le site Service-public vous dit quoi faire en cas d’actes humiliants ou dégradants lors de ce genre de soirée.

Alors, lorsque des actes de bizutage ont lieu lors d’une réunion en milieu scolaire, sportif ou socio-éducatifs. Les victimes doivent premièrement porter plainte. Ainsi, ils doivent se rendre au commissariat ou à la gendarmerie afin de porter plainte. Ensuite, il faudra impérativement prévenir et alerter l’autorité administrative de l’établissement.

Enfin, les responsables de l’université ou de l’école doivent saisir « le procureur de la République. Et engager des poursuites disciplinaires contre les auteurs et les personnels qui ont contribué au bizutage. » selon le site.

Quelle punition pour les auteurs d’un bizutage ? Celle-ci peut aller jusqu’à 7 500 euros d’amende

« Les élèves et étudiants des écoles et des établissements du premier, du second degré, de l’enseignement supérieur et de l’enseignement spécialisé ». Et ensuite, le site poursuit : « toute personne appartenant à un organisme public ou privé ou à une organisation ayant une activité d’enseignement, sportive ou socio-éducative »

Etant un délit, il faut rappeler qu’il est puni par la loi. En effet, « le bizutage est puni de 6 mois d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende, ces peines étant doublées si les victimes sont des personnes vulnérables. » Donc, les consommations d’alcool excessive restent à prendre en compte également. N’hésitez pas à alerter la police, les responsables de l’établissement ainsi que vos proches. Il ne faut pas laisser agir les étudiants malveillants. Faites attention et « be safe » (soyez prudents).

Crédits photos : Cinétève