Campus
Partager sur

Var: des lycéens dispersés par des gaz lacrymogènes !

des lycéens dispersés par des gaz lacrymogènes grande
Partage
Partager sur Facebook

Alors que des manifestations éclatent un peu partout en France, dans le Var, des lycéens ont pris d'assaut leurs lycées...

Ce matin, une centaine de lycéens ont bloqué le centre ville de Toulon et à la Seyne-sur-Mer. Visiblement, la mobilisation des jeunes n’a pas pris fin. Après les blocages et manifestations de vendredi dans le Var et un peu partout en France, c’est reparti aujourd’hui. MCE vous en dit plus.

Des lycéens bloquent les lycées pour manifester

Alors que des violences sans précédents ont eu lieu ce week-end à Paris, les manifestations se poursuivent un peu partout en France. Et aussi du côté des jeunes. En effet, de nombreux lycéens ont alors bloqué les établissements afin de manifester. C’est le cas au lycée Bonaparte à Toulon vers lequel ont convergé certains élèves de Dumont d’Urville. Ce midi, la circulation se trouvait alors fortement perturbée. En cause, le blocage des lycéens pour protester contre des réformes en cours dans l’éducation nationale.

Entre autre la réforme Blanquer. Elle prévoit que chaque lycée général proposera un choix de sept spécialités. Sur les douze prévues par la réforme du baccalauréat. Qui remplace les séries S, ES et L, par le choix de trois disciplines en classe de première. Ainsi que Parcoursup.

D’autres blocage à prévoir pour les lycéens

D’après la police, ils se trouvaient entre 50 et 100 à manifester. Principalement du lycée Bonaparte. Aussi, quelques échauffourées ont eu lieu. Certains lycéens lançaient des pavés. Les forces de police ont alors eu recours au gaz lacrymogène afin de disperser la manifestation. A la Seyne-sur-Mer et Hyères, la situation reste tendue.

Ce midi, les forces de l’ordre se sont concentrées sur la Seyne-sur-Mer. La mobilisation la bas se trouvait plus tendue que dans les autres villes. Les violences causées par les lycéens atteignent la cité Berthe. Selon Var-Matin
« les fumigènes et les grenades assourdissantes de la police ont répondu aux jets de pierre sur les forces de l’ordre.» La scène se déroule devant le lycée Langevin. Rejoints plus tard par les lycéens du lycée Beaussier.