fbpx
Campus
Partager sur

Universités: comment se préparent-elles à la réforme du lycée ?

Universités comment se préparent-elles à la réforme du lycée
Partager
Partager sur Facebook

Comme chaque année, le lycée subit une réforme. Cette année, elle touche tout les bacs généraux. Comment les universités s'adaptent-elles ?

Alors que les lycéens viennent de faire leur rentrée, beaucoup de questions se posent. Entre autres, sur la réforme. Les universités en ont aussi. En effet, elles doivent adapter leurs sélections pour ces futurs étudiants. MCE TV vous aide à tout comprendre !

Suite à ces changements, des écoles ont déjà agit. Par exemple, celles d’agronomie et de vétérinaires donnent des pistes. Selon  elles, les lycéens doivent choisir la spécialité SVT. Un deuxième conseil : ils doivent se diriger vers les mathématiques et la physique-chimie !

Le problème qui se pose vient entre autres, des méthodes de recrutement. En effet, d’un côté, depuis 2018, les universités peuvent classer les candidats dans chaque filières. Ils utilisent différents critères. Ils forment une liste d’«attendus». De l’autre, les lycéens choisissent trois matières de spécialité, parmi une liste de douze. Et ce, dès la première. En terminale ils n’en gardent que deux. Les responsables d’universités doivent donc redéfinir leurs « attendus » selon de nouveaux critères.

Une question se pose donc : quelles spécialités choisir pour obtenir une des universités de son choix ?

Un travail de cohérence entre universités et lycées

Les universités et les lycées travaillent déjà ensemble pour répondre aux questions. En effet, ils étudient plusieurs projets. En premier : l’envoi d’un document fin 2019 aux lycéens avec des conseils. Le but ? «Faire le choix de spécialité qui correspond le mieux à chaque filière». Ensemble ils vont aussi «retravailler les matières de première année en fonction des [nouveaux] programmes».

Pour autant, les universités affirment : le choix des spécialités ne change rien. Ce choix ne décide donc pas de l’entrée dans une universitsé. Il va donc falloir un bon dossier et des bonnes notes au bac ! Cela arrange les jeunes en première puisque qu’ils servent de cobayes. En effet, ils n’ont pas eu de conseils sur les choix à faire. Une réforme qui bouscule donc autant les professeurs que les lycéens.