Campus
Partager sur

Universités: Des proches d’une victime demandent plus de sécurité lors des week-ends d’intégration !

Universités: Des proches d’une victime demandent plus de sécurité lors des week-ends d’intégration !
Partage
Partager sur Facebook

En début d'année, beaucoup de nouveaux étudiants doivent passer par les week-end d'intégration. Ces week-end de bizutage ne sont pas bien encadré et fait souvent des victimes.

En début d’année scolaire, les écoles supérieures et les universités organisent souvent des week-ends d’intégration. Sébastien Marret a perdu son frère à cause de l’un de ses week-ends. Maintenant, ce dernier demande que les établissement encadrent mieux les jeunes !

Universités : Des week-ends d’intégrations qui font des victimes !

Les week-ends d’intégration servent souvent à bizuter les nouveaux étudiants que ce soit dans les universités ou les écoles supérieurs. Ces week-ends sont rarement encadrés par les enseignants qui ne se sentent pas responsables de ces soirées là. Néanmoins, les bizutages font polémique depuis quelques mois. Il y a un an et demi, David Marret, un étudiant à Rennes est mort à la suite d’un de ces week-ends d’intégration.

Le jeune homme venait tout juste de faire sa rentrée quand il est décédé à la suite d’un tragique accident. Aujourd’hui, Sébastien Marret, le frère de la victime milite pour que les bizutages soient encadrés afin qu’il n’y ait pas d’autres victimes. Selon lui, ces week-ends d’intégration peuvent devenir dangereux. Les nouveaux élèves doivent souvent passer par des défis dangereux afin de prouver de quoi ils sont capables…

Universités : Moins d’alcool et une équipe médicale lors de ces soirées de bizutage !

Sébastien Marret travaille dans l’immobilier mais il accompagne aussi le ministère de l’enseignement supérieur. Ce dernier a lancé une charte pour conseiller les étudiants concernant les évènements d’intégration en début d’année scolaire. L’homme s’est récemment confié sur la nuit de la mort de son frère. David Marret avait bien trop bu et personne n’était présent pour le stopper et pour voir son état de santé.

« Au cours de la deuxième soirée, le samedi, il ne s’est pas senti très bien. Ses amis l’ont conduit dans une tente de repos qui avait été installée pour l’occasion pour les gens alcoolisés. Ils l’ont allongé et se sont relayés pour aller le surveiller. Finalement, la soirée avançant, il a fini par se retrouver seul. Le matin, il a été retrouvé inanimé vers 8h30. Les tests ont révélé une alcoolémie de 3,7 grammes d’alcool par litre de sang. » A t-il confié dans le média.

Aujourd’hui, Sébastien Marret veut que les soirées soient encadrées afin de limiter la consommation d’alcool. Puis, il souhaite aussi que lors des week-ends d’intégration, il y ait une équipe médicale présente au cas où les choses dégénèreraient.

« Pour éviter ces drames, il faut que les week-ends d’intégration soient organisés de manière plus intelligente, qu’ils soient plus encadrés. Souvent, les associations étudiantes qui organisent ces événements disent qu’elles n’ont pas assez de budget pour faire venir un médecin ou du personnel formé aux premiers secours. Mais du budget, il y en a. Il suffirait de réduire un tout petit peu le stock d’alcool pour avoir de l’argent. ». A t-il expliqué.

L’alcool chez les jeunes fait énormément de ravages lors des soirées. Ainsi, Sébastien Marret veut trouver toutes les solutions possible pour que plus aucun étudiant ne fasse un coma éthylique…