fbpx
Campus
Partager sur

Université: pour lutter contre le viol, Stanford bannit l’alcool fort du campus

Université: pour lutter contre le viol, Stanford bannit l'alcool fort du campus

L'université de Stanford vient de bannir la consommation d'alcool fort pour les étudiants de premier cycle après un scandale lié à une agression sexuelle.

Tout commence avec une affaire de viol énormément médiatisée qui s’est déroulée dans l’université américaine de Stanford. The Guardian révèle que le le vice-recteur délégué aux affaires étudiantes de l’université, Greg Boardman, a tout simplement interdit la consommation, la vente et le trafic de bouteilles d’alcool fort sur le campus universitaire pour les étudiants de premier cycle. Le but de cette politique est de « réduire la disponibilité et l’accessibilité de l’alcool fort et fait partie d’un effort plus large de changement significatif de la culture du campus autour de l’alcool », explique l’équipe dirigeante de Stanford dans les colonnes du journal britannique. En effet, cette mesure arrive après les événements du 17 janvier 2015 où une étudiante en état grave d’ébriété a été violée à l’université de Stanford par un étudiant nommé Brock Turner, lui aussi saoul.

La thématique de l’alcool à l’université en débat ?

Mais si les faits sont impardonnables, l’étudiant avait organisé sa défense autour d’une thématique, celle de la culture de la fête et de l’alcool dans le monde de l’université aux Etats-Unis. La vicitme avait d’ailleurs répondu dans une lettre ouverte qui avait été publiée sur le site américain Buzzfeed en déclarant que « l’alcool n’est pas une excuse. Réalises-tu qu’avoir un problème de boisson est différent de boire puis d’essayer de force d’avoir une relation sexuelle? Montre aux hommes comment respecter les femmes, pas comment boire moins ». L’étudiant en question avait simplement été condamné à six mois de prison ce qui avait déclenché la polémique outre-Atlantique jugeant la condamnation trop clémente pour l’étudiant. Certains étudiants de l’université avaient même profité de la remise de diplôme pour la transformer en manifestation.

Une bonne idée de l’université ? Ou une mise en danger des étudiants

Pour l’université, bannir l’alcool fort est primordial car sa consommation « met en danger les étudiants », déclare au Guardian Michele Landis Dauber, une professeure de droit de l’université de Stanford, en insistant sur le fait que « cela (la consommation d’alcool) devient de plus dramatique et encourage à pratiquer une consommation abusive et rapide dans un espace public ». Une lettre envoyée au recteur de l’université en mars 2016 explique que chaque année, plus de 1800 étudiants mouraient à cause des accidents causés par la consommation d’alcool. La lettre expliquait aussi que près de 100 000 cas de violence sexuelle étaient liées, eux aussi, à la consommation d’alcool. Michele Landis Dauber explique malgré tout qu’une telle mesure peut être dangereuse pour les étudiants. En effet, une telle interdiction pourrait les forcer à consommer de l’alcool de manière secrète et donc sans contrôle.