fbpx
Campus
Partager sur

Université: un rapport catastrophique sur la gestion des mutuelles étudiantes

Université: un rapport catastrophique sur la gestion des mutuelles étudiantes

Un rapport dévoile les problèmes de gestions des mutuelles étudiantes, ce qui exaspère fortement le syndicat la Fage, qui appelle à un changement rapide de la situation.

C’est un rapport accablant qu’a déposé Jean-Pierre Door au mois de décembre à la commission des Affaires Sociales. Les mutuelles étudiantes sont encore au coeur d’un scandale sur leurs gestions désastreuses de l’assurance maladie obligatoire des étudiants. Cette commission a d’ailleurs « déploré l’absence de sollicitation de la part du Gouvernement sur la question avant le vote du PLFSS 2016 qui, avec son article 59, instaure la mise en place de la protection universelle maladie (toute personne résidant de manière stable et régulière en France a droit à être affiliée à la Sécurité Sociale). Cette modification est intéressante mais laisse un flou quant à l’affiliation des étudiants internationaux. Ensuite, l’article introduit qu’il peut être mis fin, par décret en Conseil d’Etat, à la délégation de gestion dont bénéficie une mutuelle en cas de défaillance », explique un communiqué du syndicat étudiante, La Fage.

Une mauvaise gestion des mutuelles étudiantes

Ce rapport dénoncerait en effet « les nombreux dysfonctionnements des mutuelles étudiantes et leurs conséquences : rupture de droits à la Sécurité Sociale, déclaration du médecin traitant non prise en compte…, entraînant retards ou absences de remboursements. Les méthodes sont aussi pointées du doigt, telles que l’entretien d’une confusion chez les étudiants entre l’assurance maladie obligatoire et l’offre de complémentaires. De plus, la grande hétérogénéité de qualité de service rend ce système inégalitaire, et ce parfois même de manière volontaire lorsque la LMDE traitait prioritairement les dossiers des enfants de parents affiliés à la MGEN, lorsque celle-ci la garantissait financièrement », accuse le syndicat dans son communiqué.

Les étudiants ne sont pas en bonne santé et mal accompagné

Mais ce n’est pas tout, car ce rapport déposé remettrait en cause l’impact du système sur les finances publiques qui montre que les coûts de gestion de l’assurance maladie obligatoire des mutuelles sont plus importants que ceux des CPAM pour une productivité inférieure et une mauvaise qualité de service. De plus, la cour des comptes a annoncé la remise en cause des modalités d’évaluation par les mutuelles de leurs coûts de gestion qui tendent à maximiser leurs remises de gestion. Un rapport catastrophique, car comme le rappelle la Fage, « Les étudiants ne sont pas en si bonne santé que nous le pensons souvent. Ils sont nombreux, par exemple, à être en état de souffrance psychologique et le suicide est la deuxième cause de mortalité des jeunes. Dans ce contexte, la qualité de l’accès aux soins des étudiants est cruciale ».