Campus
Partager sur

Université: un médecin accusé d’agression sur au moins 177 étudiants !

Partager
Partager sur Facebook

Un médecin universitaire américain de l'état de l'Ohio est accusé par plus de 177 étudiants d'agressions sexuelles commises depuis 1978.

C’est un triste record que détient l’université d’Ohio. En effet, Richard Strauss est accusé d’agressions sexuelles. Et cela par 177 élèves.

C’est ce que confie un rapport de 200 pages publié il y a peu. Strauss officiait en tant que médecin à la fac d’État d’Ohio, dans les années 70 jusqu’en 1996. Une époque durant laquelle il aurait agressé de nombreux élèves.

Au courant de ses actes, la fac n’a pourtant rien fait. Du moins jusqu’en 1996, date à laquelle il suspendu ses fonctions. Michael Drake le président a écrit dans un mail: « Ces faits sont choquants et douloureux à réaliser ».

Le rapport donne plus de détails: « Nous savons que le personnel de l’université étaient au courant des actes du médecin. Ce dernier était sexuellement abusif envers des élèves de Strauss dès 1979 », indique-t-il.

Université d’Ohio: Une enquête 25 ans après

Ce n’est qu’en 1996, que le médecin n’a plus été un membre de Strauss . Il a de plus, reçu un titre d’honneur qu’il a ainsi gardé jusqu’à sa mort.

En effet, le médecin de la fac n’est plus de ce monde aujourd’hui. Il s’est suicidé en 2005.

Michael Drake admet les erreurs commises.  « L’échec de notre fac à cette époque d’empêcher ces attaques est inacceptable. Tout comme l’étaient les efforts pour enquêter avec rigueur sur les plaintes des élèves et des membres de notre équipe ».

« Strauss s’est vu confier la charge de soigner ses étudiants-patients. Et a usé de sa fonction. Strauss a été en mesure de violer leur intégrité physique. Mais aussi leur dignité, de beaucoup de façons ».

Il a de plus tenu a présenter ses excuses « à chaque élève ayant enduré » les abus de Richard Strauss. Une sombre affaire qui a fait changer les choses. La fac a mis en place des mesures de soutien depuis le départ du médecin.

En espérant que cela empêchera des faits similaires d’arriver de nouveau. Par conséquent, 25 ans après, les victimes ont dans une moindre mesure obtenu justice. Néanmoins le médecin de la fac ne sera lui jamais inquiété.